À vous la parole

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à 

Agrandir

Patrick Woodbury, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Droit

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à editorial@ledroit.com. Ne seront publiées que les lettres portant les nom, prénom, adresse et numéro de téléphone de l'auteur. Seuls le nom et le lieu de résidence apparaîtront.

Ce serait de l'âgisme

L'article 15 de la Charte canadienne des droits et libertés interdit toute discrimination fondée sur la religion, le sexe, l'âge... Or la correspondante M. Lamoureux (« De plus jeunes candidats ? », Le Droit, 19 novembre) ose poser la question : « À compétence égale, le fédéral ne devrait-il pas choisir une personne plus jeune » que Madeleine Meilleur pour être Commissaire aux langues officielles ? Si Justin Trudeau suivait cette suggestion, ce serait de la discrimination, et c'est là qu'il se discréditerait !

Roland Madou, Ottawa

Pour elle, mais contre

J'aime bien Madeleine Meilleur. Une des « nôtres. » Ce qui ne veut pas dire que je suis d'accord avec sa nomination et confirmation  au poste de Commissaire aux langues officielles. Je conteste sa nomination/confirmation pour deux raisons :

1) Ce poste est sensé être non-partisan. Qui pourrait être plus partisan que Mme Meilleur, députée libérale à l'Assemblée législative pendant 14 ans ?

2) Ministre responsable de la Francophonie depuis 13 ans, on a le droit de se demander ce qu'il advient du statut d'Ottawa en tant que ville officiellement bilingue. Elle ne s'est jamais prononcée « dur comme fer » sur ce sujet qu'elle considérait sans doute trop délicat face à ses collègues de Queen's Park. Sauf erreur, et pourtant, la décision de nommer Ottawa capitale bilingue revient bien à la province, non ? J'aurais souhaité que son lobbying en faveur du statut bilingue de notre capitale ait été aussi ardent que son lobbying pour obtenir son nouveau poste.

Jacques Dufault, Ottawa

Questions pour l'Église

Je lisais récemment dans le bulletin de la paroisse de la Cathédrale Saint-Joseph que « trois des quatre célébrations dominicales rejoignent moins de 100 personnes chacune ». Et que l'on voulait réduire le nombre des célébrations. L'Église  devrait faire une analyse très approfondie du « pourquoi » ? Le fait que les femmes ne puissent accéder à la prêtrise n'est que la pointe de l'un des icebergs problématiques d'une réponse.

Michel Légère, Gatineau

***

La question du jour

Le passé en politique active en Ontario de Madeleine Meilleur la prévient-elle de jouer un rôle significatif au fédéral?

Faites-nous le savoir à editorial@ledroit.com




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer