À vous la parole

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à 

Agrandir

Patrick Woodbury, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Droit

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à editorial@ledroit.com. Ne seront publiées que les lettres portant les nom, prénom, adresse et numéro de téléphone de l'auteur. Seuls le nom et le lieu de résidence apparaîtront.

Il n'avait qu'à dire non

Le « monsieur à la pompe », dans la chronique de Patrick Duquette (« Trop, c'est comme pas assez », Le Droit, 10 mai) est mon mari. Il s'inquiétait de lui. Il a installé la pompe et est retourné tous les jours afin que cela fonctionne bien et que l'eau ne monte pas. Il le sentait impuissant face à l'inondation. En partant, il disait : « Je vais voir si mon vieux monsieur a besoin de quelque chose et si tout fonctionne bien. » 

Si ce pauvre monsieur ne voulait rien, il n'avait qu'à le dire : non merci, tu n'as pas à revenir... S'il ne voulait pas ces gâteaux, il n'avait qu'à les refuser.

Aider, c'est comme se mettre les pieds dans les plats.

Roseline Naud, Gatineau 

La vraie coupable

Tout au long des inondations, la population a été solidaire et il faut s'en réjouir. On doit également remercier nos dirigeants, nos pompiers et policiers, les employés municipaux, la Croix-Rouge et tous ceux qui s'impliquent activement pour aider.

Ce qui est déplorable, ce sont les commentaires des gens qui cherchent un coupable : Hydro-Québec qui a mal géré les barrages, l'armée arrivée trop tard, celui-ci, celui-là... bref il faut absolument un coupable. 

Le bassin versant de la rivière Outaouais est un grand territoire qui a reçu les mêmes quantités de pluie que nous avons reçues en bas du bassin. La logique veut que l'eau descende les côtes, l'eau et la fonte des glaces au réservoir Cabonga, Decelles, Lac des Quinze, lac Témiscamingue, Baskatong et j'en passe, en plus des eaux des rivières Gatineau, La Lièvre, Rouge... toute cette eau arrive en bas du bassin de la rivière Outaouais. Voilà peut-être la vraie coupable : la pluie en mars et avril.

Michel Massé, Gatineau

Favoritisme

Pourquoi après 17 ans de fusion municipale, l'épandage d'insecticide n'est-il pas offert à l'ensemble de la Ville de Gatineau ? On dirait que Gatineau est le secteur fétiche de notre beau conseil municipal et que les autres n'existent tout simplement pas à leurs yeux. Pour le leadership, on repassera !

André Beauchamp, Gatineau

***

La question du jour

Constructions en zone inondable 0-20 ans: quelles balises suggérez-vous aux autorités? Peut-on satisfaire les intérêts de chacun?

Faites-nous le savoir à editorial@ledroit.com




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer