À vous la parole

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à 

Agrandir

Patrick Woodbury, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Droit

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à editorial@ledroit.com. Ne seront publiées que les lettres portant les nom, prénom, adresse et numéro de téléphone de l'auteur. Seuls le nom et le lieu de résidence apparaîtront.

De Mauril à Mona

J'avais le privilège de travailler avec l'ancien député d'Ottawa-Vanier Mauril Bélanger dans le but de commémorer le mois historique de l'Islam, chaque octobre. Le tout était présenté à la Chambre des communes par M. Bélanger, avec le plein appui des élus. Il s'agissait d'une action historique et d'une commémoration unique au monde. J'espère que la nouvelle députée d'Ottawa-Vanier, Mona Fortier, n'oubliera pas cette action annuelle importante de sensibilisation envers l'Islam au Canada. Il est très utile de maintenir de bonnes relations auprès de nos communautés islamiques. C'est une action qui est bien nécessaire aujourd'hui.

Roman Mukerjee, Ottawa

L'État et Bombardier

Nos premiers ministres se sont dits déçus de la décision de Bombardier. Mais au lieu d'être déçus, ils devraient plutôt se dire honteux. Après avoir réfléchi pendant des mois quant à l'aide à offrir à Bombardier sous prétexte de bien protéger l'argent des contribuables, voilà qu'ils ont « oublié » d'inclure une clause des plus élémentaires, soit que les hauts dirigeants s'en tiennent à des augmentations et primes raisonnables. Cela n'aurait pas été de l'ingérence dans la gestion de Bombardier. Quand on prête ou investit des milliards et qu'on sauve une entreprise de la faillite, on se protège, comme le ferait n'importe quelle banque. Avec un tel manque de rigueur, ça augure mal pour les renégociations de l'ALENA face au président Donald Trump qui lui, n'a pas peur d'exiger des choses.

R. David, Gatineau

Un manque de respect

Je suis une usagère à mobilité réduite à la Société de transport de l'Outaouais. Mercredi le 29 mars, j'ai une réservation à 13 h, avec une note dans mon dossier que je ne peux pas prendre de taxi, seulement les mini-fourgonnettes avec le monte-pente ou les autobus. Malheureusement on m'envoie un taxi... Je le refuse, je suis incapable d'embarquer. À la STO, on me répond qu'il n'y a pas d'autre transport, et on me demande de faire l'effort d'embarquer... Quel manque de respect ! Combien d'autres subissent le même sort ?

Lorraine Pilon, Gatineau

***

La question du jour

Quel bilan faites-vous de la saison des Olympiques de Gatineau ?

Faites-nous le savoir à editorial@ledroit.com




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer