À vous la parole

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à 

Agrandir

Patrick Woodbury, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Droit

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à editorial@ledroit.com. Ne seront publiées que les lettres portant les nom, prénom, adresse et numéro de téléphone de l'auteur. Seuls le nom et le lieu de résidence apparaîtront.

Un incontournable

Le Festival du film de l'Outaouais, qui s'est terminé vendredi, a présenté une soixantaine d'excellents films de tous les pays répartis sur plus d'une semaine. Ce festival est devenu un incontournable dans l'Outaouais. Merci beaucoup à Didier Farré pour ce grand événement et préparons-nous pour le 20e anniversaire l'an prochain.

Jean Mario Longpré, Gatineau

Le stationnement du Rapibus

Près de la station La Gappe, nos rues sont devenues le stationnement des usagers du Rapibus. Nes rues sont encombrées, sans compter le bruit des véhicules matin et soir. Nous en avons parlé avec notre  conseiller Denis Tassé et comme beaucoup de politiciens, il patine sur la bottine. Il suggère de garer notre voiture devant la maison. En hiver lorsque le stationnement est interdit la nuit, il suggère de se lever à 7 h et pour garer son auto dans la rue. Quelle solution. Mais si nous devons avoir une auto garée devant chez nous du matin au soir, aussi bien que ce soit la nôtre. Nous suggérons donc aux propriétaires qui en ont ras-le-bol comme nous, de se garer aussi devant chez eux. Nous sommes désolés pour les usagers du Rapibus mais où est la solution ? Nous avons perdu la quiétude de notre quartier et notre qualité de vie.

Louise et Pierre Lévesque, Gatineau

Une fête en anglais

Le Gala des « Juno Awards », une fête de la musique canadienne, s'est tenu en anglais seulement, offrant aucune prestation pour les francophones, les Canadiens-français, les Québécois. On ne peut pas dire que la francophonie pour le gouvernement du Canada, le gouvernement de Justin Trudeau occupe une place d'honneur dans son pays ou, encore moins, lui tient à coeur ! On comprend facilement pourquoi la Ville d'Ottawa, votre capitale nationale, hésite d'adopter le titre de ville « officiellement bilingue » en respect et en reconnaissance des deux peuples fondateurs, francophones et anglophones. C'est une honte.

M. Renaud, Gatineau

***

La question du jour

Comment analysez-vous le résultat de l'élection partielle dans Ottawa-Vanier, et des quatre autres au pays, lundi?

Faites-nous le savoir à editorial@ledroit.com




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer