À vous la parole

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à 

Agrandir

Patrick Woodbury, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Droit

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à editorial@ledroit.com. Ne seront publiées que les lettres portant les nom, prénom, adresse et numéro de téléphone de l'auteur. Seuls le nom et le lieu de résidence apparaîtront.

Pour la proportionnelle

Le 26 mars, j'ai assisté au débat en vue de l'élection partielle du 3 avril dans Ottawa-Vanier. Trois candidates ont participé au débat au Centre Richelieu-Vanier. Un panel entièrement féminin. Si le débat avait permis des commentaires, j'aurais fait le suivant: dommage que nous n'ayons pas déjà un système électoral proportionnel avec des circonscriptions plurinominales, c'est-à-dire plus qu'un député par circonscription. J'aurais pu ainsi espérer entendre à la Chambre des communes plus qu'une des trois voix entendues à ce débat. Nous avons entendu des réponses qui avaient du contenu et non pas seulement les sacro-saintes réponses liées à la ligne de parti. 

Carole Bézaire, Ottawa

Des syndicats puissants

Existe-t-il un secteur public où les employés ne sont jamais en grève? Que ce soit chauffeur d'autobus, policiers, pompiers, col blanc, col bleu, même dans le système de santé, ce que nous ne voyons presque jamais dans le secteur privé, c'est que les syndicats contrôlent tout. Nos chers politiciens ont peur de mettre leurs culottes, peur de perdre quelques votes et les syndicats finissent par dicter combien d'employés sont nécessaires dans chaque domaine. Et en fin de cas, ce sont les contribuables qui finissent par payer la note. 

Jean-Luc Yelle, Gatineau

Aveugle cupidité

La haute gomme de Bombardier se paie des augmentations de 48 % alors qu'elle nage déjà dans les millions de rémunérations. D'autant plus scandaleux, d'autant plus révoltant qu'elle a jeté des milliers de travailleurs à la rue. Il n'y a pas de mots pour dépeindre l'incommensurable aveuglement, l'innommable cupidité des Bellemare et Beaudoin de ce monde. Leur soldatesque ne voit que leur gargantuesque nombril qui ne cherche qu'à se gonfler comme la grenouille de La Fontaine. Bientôt on ne verra de leur corps boutonneux et boursouflé, de leur corps ventripotent, de leur cerveau ratatiné, qu'une mèche de cheveux jaune, enfumée de vanité.

Pascal Barrette, Ottawa

***

La question du jour

Comment peut-on convaincre Bombardier de revoir à la baisse les augmentations de salaire de ses hauts dirigeants?

Faites-nous le savoir à editorial@ledroit.com




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer