À vous la parole

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à 

Agrandir

Patrick Woodbury, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Droit

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à editorial@ledroit.com. Ne seront publiées que les lettres portant les nom, prénom, adresse et numéro de téléphone de l'auteur. Seuls le nom et le lieu de résidence apparaîtront.

Pas Gabriel Nadeau-Dubois

L'arrivée de Gabriel Nadeau-Dubois sur la scène politique provinciale était un secret de polichinelle. Dès la crise étudiante de 2012, on pouvait déjà constater que Québec solidaire et ses députés Amir Kadhir et Françoise David semblaient déjà l'admirer. Jeune homme intelligent, cultivé, bon orateur et ayant un charisme certain, il a su tirer son épingle du jeu. Mais voilà qu'il a beaucoup perdu en une seule conférence de presse annonçant son intention de se présenter pour Québec solidaire lors de la partielle d'avril dans Gouin. Arrogant, imbu de lui-même et surtout dénigrant les bâtisseurs du Québec. Dommage, la politique a besoin de sang neuf et non pas de politicien à la Gabriel Nadeau-Dubois.

Paul Peterson, Gatineau

Un défi salutaire

Bravo à Gabriel Nadeau-Dubois pour son courage et sa détermination. Oui, il possède un gros ego mais cette caractéristique peut devenir un atout en politique. Sa fougue aura tôt fait de lui écorcher quelques dents mais il saura vite la maîtriser. Le tandem Gabriel Nadeau-Dubois et Manon Massé d'une part et Paul St-Pierre de l'autre devraient ranimer l'étincelle chez les jeunes qui pourront se reconnaître dans ce nouveau courant d'énergie. Le défi lancé aux grands partis sera sans doute salutaire pour la suite des choses. Le Québec est en train de produire ses nouveaux dirigeants qui seront, je crois, mieux formés et plus au fait des besoins de la population dans son ensemble.

Sylvia Pelletier-Gravel, Gatineau

La valeur d'un diplôme

La valeur monétaire d'un emploi se détermine en fonction du nombre de personnes qui ont les habilités pour faire le travail. Pour conduire un autobus, on demande un diplôme d'études secondaires et l'habileté physique pour conduire un autobus. On ne parle pas ici d'un neurochirurgien, d'un comptable ou d'un administrateur auxquels nous exigeons des études universitaires. Si la STO accorde l'augmentation salariale que les chauffeurs demandent, ils seront payés au même niveau et même mieux que certains employés de la fonction publique fédérale dans le domaine de la finance gouvernementale. Je suis certain que plusieurs des comptables de l'Éat seraient en mesure de conduire un autobus, mais très peu de chauffeurs pourraient remplacer un comptable. Pourquoi faire des études universitaires si on peut gagner le même salaire avec un diplôme d'études secondaire ? 

Yves Durand, Gatineau

***

La question du jour

Un autre décès évitable à l'Hôpital de Hull, conclut une coroner. Que faut-il en penser?

Faites-nous le savoir à editorial@ledroit.com




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer