À vous la parole

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à 

Agrandir

Patrick Woodbury, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Droit

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à editorial@ledroit.com. Ne seront publiées que les lettres portant les nom, prénom, adresse et numéro de téléphone de l'auteur. Seuls le nom et le lieu de résidence apparaîtront.

Un projet respectueux

Le projet mixte résidentiel et commercial proposé sur un lot vacant du chemin Padden a été conçu, dès l'étape du design, en fonction de la règlementation municipale, régionale et des lois provinciales. Aucun bâtiment à valeur patrimoniale n'est en danger de démolition ou ne sera affecté directement par ce projet. Les quelques dérogations mineures, accordées à l'unanimité par le conseil municipal, étaient nécessaires pour préserver au maximum le boisé existant. Les bâtiments proposés sont entièrement conformes à toutes les dispositions du Programme particulier d'urbanisme du centre-village de Chelsea et du Règlement de zonage en vigueur.

L'architecture, par ailleurs, a été évaluée par le Comité consultatif d'urbanisme et de développement durable (CCUDD) selon les critères du Règlement relatif aux plans d'intégration et d'implantation architecturale et il a été jugé conforme par le conseil. Le revêtement extérieur sera composé de matériaux nobles pour refléter les matériaux traditionnels employés par les bâtiments du quartier, alors que la fenestration généreuse leur confiera une allure plus moderne. Le CCUDD tient à coeur l'aspect esthétique et patrimonial du secteur et s'assure que ce type de projet respecte l'héritage rural et villageois de la municipalité.

Grâce à ce projet, la municipalité de Chelsea pourra diversifier l'offre de logements sur son territoire qui inclura désormais de nouveaux condominiums ou des appartements locatifs, en plus d'espaces commerciaux et de bureaux supplémentaires.

Caryl Green, mairesse de Chelsea

Le crucifix de l'hôpital

Comme les écoles, les hôpitaux sont des lieux entièrement financés par les citoyens, peu importe leur religion ou leur non religion. Il faut donc y interdire tout signe religieux, qu'ils soient des vêtements ou des objets. À ceux qui prétendent que ce n'est pas une question de religion, mais de patrimoine et d'histoire, il faut répondre que le patrimoine religieux doit être conservé religieusement dans les églises et les musées, pas dans les écoles et les hôpitaux.

Normand Rousseau, Gatineau

***

La question du jour

Que fallait-il faire avec le crucifix de l'hôpital Saint-Sacrement, à Québec : le retirer ou le laisser là ?

Faites-nous le savoir à editorial@ledroit.com




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer