Pourquoi pas opérer des malades des USA ?

«Une arthroplastie peut coûter jusqu'à 74 000 $ US à... (Alain Roberge, archives La Presse)

Agrandir

«Une arthroplastie peut coûter jusqu'à 74 000 $ US à Boston. Or, une telle opération coûte moins de 20 000 $ dans une clinique privée à Laval», rappelle l'auteur.

Alain Roberge, archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Ottawa et les provinces négocient le financement fédéral en santé. La plupart des provinces accusent un déficit. Ottawa aussi. Or, il n'y a qu'un seul contribuable. La solution ne consiste pas à recruter plus d'administrateurs, ni à licencier plus d'infirmières, ni à diminuer les honoraires des médecins, mais à faire preuve de créativité et trouver de nouvelles sources de revenus.

Frustrés par les délais d'attente trop longs, certains Canadiens vont aux États-Unis pour obtenir des soins. C'est le réseau américain qui en profite.

Au Canada, il y a toujours eu un système à deux vitesses. Ainsi, les athlètes, les politiciens, les détenus fédéraux, les accidentés du travail, les militaires ou les policiers de la GRC peuvent obtenir des soins dans des délais plus courts, en général dans des établissements privés. 

Pendant ce temps, la couverture des soins de santé aux États-Unis est dans une impasse. C'est l'occasion d'envisager l'offre de chirurgies non urgentes aux Américains et à d'autres patients étrangers. 

Une arthroplastie peut coûter jusqu'à 74 000 $ US à Boston. Or, une telle opération coûte moins de 20 000 $ dans une clinique privée à Laval. À cet égard, il faudrait ouvrir d'autres salles d'opération au Canada et les faire fonctionner 24 h sur 24, 7 jours par semaine.

Le président Donald Trump a demandé à ses électeurs « d'acheter américain et d'embaucher américain ». Il a également promis qu'il accorderait la priorité aux soins de santé. Le secrétaire d'État à la Santé, le Dr Tom Price, examinera des mesures de réduction des coûts. Les compagnies d'assurance privées emboîteront le pas. Alors que le dollar canadien vaut 0,75 $ US, il serait financièrement attrayant d'envoyer des Américains au Canada pour des opérations chirurgicales non urgentes. Toutes les provinces devraient prendre en charge les frais additionnels de l'assurance contre la faute professionnelle imputés aux patients étrangers et les recouvrer auprès de Washington et des compagnies d'assurance américaines.

Ce serait sans aucun doute une proposition « gagnant-gagnant » pour les politiciens et les patients des deux côtés de la frontière.

Pour ce faire, il faut moderniser la Loi canadienne sur la santé.

Les salles d'opération fonctionnent en-deçà de leur pleine capacité en raison des longues fermetures pendant les vacances. Selon l'Institut Fraser, le temps d'attente a augmenté de 115 % au cours des 25 dernières années.

Le Dr Robert Hollinshead a constaté que 80 % des résidents qui suivent son programme de formation en résidence à Calgary ont préféré partir aux États-Unis en raison du manque de temps des salles d'opération au Canada. Si on donnait aux chirurgiens l'accès à plus de temps dans des salles d'opération privées, les délais d'attente pourraient être réduits pour tous.

Pour ne pas laisser tomber le système public, on pourrait les obliger à y travailler quelques heures par semaine. Le gouvernement pourrait leur rembourser les frais d'assurance contre la faute professionnelle. 

Nous avons tendance à négliger notre capacité à prodiguer des soins de haute qualité et de manière plus efficace qu'aux États-Unis. En modernisant la LCS, nous pourrions offrir de nouveaux emplois aux infirmières, techniciens et médecins. Cela générerait des revenus supplémentaires susceptibles d'alléger le fardeau financier qui pèse actuellement sur les hôpitaux et les provinces. Ainsi, notre système public de soins de santé deviendrait viable.

L'auteur, Charles S. Shaver, MD, est médecin à Ottawa et président de la section Médecine interne générale de l'Association médicale de l'Ontario.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer