Les enjeux dans Ottawa-Vanier

À leur arrivée au centre de conférence sur la rue Coventry le dimanche 5... (Justin Tang, La Presse Canadienne)

Agrandir

Justin Tang, La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

À leur arrivée au centre de conférence sur la rue Coventry le dimanche 5 février dernier, les partisans libéraux de la circonscription d'Ottawa-Vanier trouvaient une ambiance effervescente. Plus de 2600 membres se sont présentés pour choisir la relève de Mauril Bélanger, un chiffre record dans le comté. C'était la culmination de plus de quatre mois de campagne et d'immenses efforts de mobilisation par huit candidats.

Ces derniers ont enregistré 7000 personnes dans le comté, frappé à des milliers de portes, participé à quatre débats et entrepris tous les moyens pour mobiliser leurs partisans. Dans un vote serré, le décomptage des bulletins de vote préférentiels a complété sept rondes avant de conclure avec la victoire définitive de Mona Fortier. Bien connue dans Ottawa-Vanier, Mme Fortier avait une belle équipe derrière elle qui a su livrer les votes nécessaires à sa victoire. Elle a de quoi être fière et saura mobiliser cette équipe pour poursuivre la campagne de l'élection partielle imminente.

L'intensité de la compétition et des campagnes à l'investiture recèle des leçons importantes sur les désirs des résidents du comté et pour l'élection partielle à venir. Deux sujets ont pris le dessus dans cette investiture.

En premier, le nombre de candidats revendiquant des enjeux de groupes minoritaires est lui-même un message clair pour nos leaders communautaires et qui trouvait des forts échos dans les inquiétudes exprimées aux portes dans nos communautés. Avec plus de 25 % des résidents d'Ottawa-Vanier qui sont nés à l'extérieur du Canada, aujourd'hui leurs enjeux ont pris une place prioritaire.

Les nouveaux Canadiens font face à de nombreux défis à l'intégration qui, s'ils ne sont pas surmontés, promettent de creuser les écarts sociaux et économiques entre les communautés, fomenter l'insatisfaction et semer les graines de la discorde. Systématiquement, les nouvelles communautés parmi nous font état de barrières culturelles et linguistiques, de manque de reconnaissance des expériences et diplômes professionnels et de racisme dans l'accès à l'emploi. Alors que la réussite des nouvelles communautés est essentielle à la prospérité de tous, trop de facteurs bloquent leurs efforts et leurs ambitions. Les prochaines années demanderont un effort de taille par nos différents paliers de gouvernement pour démontrer du progrès dans ces domaines.

Un deuxième enjeu prioritaire touche l'investissement public dans la circonscription, où les résidents répètent souvent un sens d'abandon face aux grands projets urbains qui semblent tous orientés à l'ouest. Le redéveloppement des grandes artères se fait à l'ouest (Wellington, Bank, Elgin) avant de toucher le centre-est; aucun grand projet ne vient dans Ottawa-Vanier. La fermeture prévue de Rideau High School semble un autre exemple de manque de priorités. Même si ces projets sont de responsabilité municipale ou provinciale, le message est clair: les résidents du comté ont besoin de leaders qui se battront pour chercher sa juste part d'investissement à notre circonscription.

Ce dernier point touche aussi la tache noire de notre politique locale qu'est l'absence de progrès pour enlever les camions lourds de l'avenue King-Edward, et où une résolution est due aux résidents de la Basse-Ville.

L'investiture libérale a donné voix aux ambitions des résidents d'Ottawa-Vanier, il reste maintenant à montrer comment sera livré le progrès tant demandé.

Nicolas Moyer, Candidat libéral défait à l'investiture pour la circonscription d'Ottawa-Vanier




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer