À vous la parole

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à 

Agrandir

Patrick Woodbury, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Droit

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à editorial@ledroit.com. Ne seront publiées que les lettres portant les nom, prénom, adresse et numéro de téléphone de l'auteur. Seuls le nom et le lieu de résidence apparaîtront.

Aidez-nous à comprendre

Étant un contribuable, je fais partie de ceux qui payent une bonne partie du salaire et des avantages sociaux des employés de la STO.

Afin de comprendreles enjeux de la négociation, serait- il possible de connaître les échelles salariales et le détail de leurs avantages sociaux. De cette façon, il me serait plus facile de décider si je dois supporter ou pas les chauffeurs.

Guy Bélanger, Gatineau

Opportunité pour OC Transpo

Si les gros bébés bien dodus de la STO optent pour la grève, saisissons l'opportunité pour réaliser l'idée géniale du conseiller municipal Mike Duggan qui propose lde démanteler la  STO et de développer de l'offre de service de sa vis-à-vis ottavienne OC Transpo du côté de Gatineau.

Ça permettrait de rassembler deux organisations qui ne se parlent pas et qui planifient leurs choses chacune de leur côté sans vraiment arrimer et complémenter leurs services. Les députés fédéraux de la région de la capitale  nationale doivent assurer le leadership et mener à bon port ce projet. Les nouveaux trains légers pourront alors traverser le pont Prince-de-Galles, parcourir tout le trajet du Rapibus et même déposer les passagers directement au centre-ville de Gatineau.

Le député Greg Fergus a l'occasion de concrétiser son projet de tramway beaucoup plus rapidement qu'il ne pouvait le souhaiter.

Marc-André Pelletier, Gatineau

Produits en français à Nepean

Voulant présenter mes condoléances à un être cher, je suis allée à un magasin à grande surface de Nepean pour y acheter une carte, mais aucune n'était en français.

J'ai fait deux pharmacies et un marché d'alimentation. Toujours rien.

J'ai demeuré trois ans à Calgary et chaque fois que je venais visiter des amis à Orléans, j'achetais des cartes en français. Je comprend qu'au pays des cowboys, les cartes en français ne sont pas populaires.

Lorsque je suis revenue à Ottawa, je me suis installée à Nepean et j'ai assumé qu'on pourrait me servir et m'offrir des produits en français. Hélas, Nepean est aussi loin que le pays des cowboys ! 

Nathalie Thibault, Nepean

***

La question du jour

Menace de grève du transport en commun en Outaouais : comment vous préparez-vous ?

Faites-nous le savoir à editorial@ledroit.com

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer