À vous la parole

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à 

Agrandir

Patrick Woodbury, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Droit

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à editorial@ledroit.com. Ne seront publiées que les lettres portant les nom, prénom, adresse et numéro de téléphone de l'auteur. Seuls le nom et le lieu de résidence apparaîtront.

Toujours les mêmes!

Toujours les mêmes qui votent contre le maire Maxime Pedneaud-Jobin ! Comment en arriver à une ville diversifiée quand certains conseillers votent toujours contre tous les projets intéressants, qui pourraient faire de Gatineau une belle et grande ville ? Le projet d'aréna est plus profitable pour la population que des tours à condos qui masqueront le  paysage et ne profiteront qu'aux gens plus aisés. Je ne pourrais jamais voter pour des gens qui passent leurs propres intérêts avant ceux des citoyens. On ne construit pas sur du négatif. On a toujours le choix de grossir ou rester petit !

Andrée Bonhomme, Gatineau

Montrer l'exemple

La concertation demeure la condition gagnante pour améliorer notre qualité de vie. J'applaudis que toutes les municipalités du secteur-est de la route 148 aient adhéré au projet du sentier de ski de fond qui permet de pratiquer cette activité dans un environnement attrayant et de développer de saines habitudes de vie. 

Raymond Ménard, Plaisance

Une question de courage

À Justin Trudeau,

Votre position sur le bilinguisme d'Ottawa témoigne d'une méconnaissance du dossier ou d'un décevant manque de courage. En 1999, le premier ministre Jean Chrétien s'était prononcé en faveur d'un statut bilingue pour Ottawa. Le 8 mai 2001, à la veille du débat victorieux pour les francophones à l'hôtel de ville d'Ottawa, il avait laissé entendre que, si le gouvernement de l'Ontario se montrait récalcitrant, le fédéral pourrait intervenir, ajoutant qu'il aimerait pouvoir imposer le bilinguisme officiel à la ville d'Ottawa (Le Droit, 10 mai 2001). Ce dossier du bilinguisme d'Ottawa a maintenant assez tardé, M. Trudeau. Il est temps de montrer qu'elle est révolue l'époque où les francophones étaient considérés comme des êtres de seconde classe. Comme vous le disiez vous-même le 16 septembre 2016, votre génération de leaders sera jugée sur l'action ou l'inaction ! C'est exactement ce que les francophones d'Ottawa feront ! S'il se confirme que vous n'avez pas le même courage politique que Jean Chrétien, attendez-vous à ce que retirions notre appui et nos dons à votre parti !

Roland Madou, Ottawa

***

La question du jour

En attente de la légalisation de la marijuana, que faire avec ceux qui ont un casier judiciaire pour possession simple de cette drogue?

Faites-nous le savoir à editorial@ledroit.com

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer