À vous la parole

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à 

Agrandir

Patrick Woodbury, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Droit

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à editorial@ledroit.com. Ne seront publiées que les lettres portant les nom, prénom, adresse et numéro de téléphone de l'auteur. Seuls le nom et le lieu de résidence apparaîtront.

La menace des chauffeurs

Les chauffeurs de la Société de transport de l'Outaouais ont donné un fort vote de grève à leur syndicat.

En 2017, la Ville de Gatineau versera à la STO 60,1 millions $, 5 % de plus qu'en 2016. Le laissez-passer adulte augmentera de 2 $ (2 %).

Comme utilisateur, je me sens pas désiré par les chauffeurs. Ils ne me donnent pas l'impression que je suis important. Mais si je disparaissais, qui paierait leurs salaires ? Et ça devrait gagner combien, un chauffeur d'autobus ? Quels sont les critères d'embauche ? Plusieurs pourraient conduire à leur place.

Je commence à trouver qu'ils me coûtent cher pour la qualité de service que je reçois. Ma passe mensuelle est la plus chère au Québec.

Je ne participe pas aux négociations, mais je les subis.

Yves Durand, Gatineau

Pas pareil du tout

Il y a de grandes différences entre le projet des tours Four Points et celui de Brigil.

Le premier sera construit sur un très grand stationnement. À l'écart du coeur du Quartier du Musée, il n'est pas adjacent aux maisons de deux ou trois étages.

Son design et sa construction en dégradé reconnaissent la valeur patrimoniale du quartier et produisent un effet harmonieux avec les maisons de la rue Papineau.

On conserve le presbytère Notre-Dame, qui a perdu son milieu environnant depuis longtemps.

Celui de Brigil n'a pas été soumis à la Ville de Gatineau. Les concepts présentés impliquent la démolition de plusieurs maisons patrimoniales, et incluent un terrain de l'école Saint-Joseph qui n'est pas à vendre. Il ne respecte pas l'échelle du Quartier du Musée et est directement sur la ligne de propriété de plusieurs maisons.

Le site est très petit, peu profond, et ne laisse pas de place pour un dégradé vers les maisons de deux ou trois étages.

Kate Helwig, Gatineau

Bravo à la prévention

Bravo à la Ville de Gatineau pour l'initiative des radars pédagogiques.

Voilà finalement ce que l'on appelle de la prévention, contrairement à ce que l'on a toujours voulu nous faire croire avec les radars photo, qui eux, sont là pour la collecte d'argent. 

Richard Gauthier, Gatineau

***

La question du jour

Taxe dédiée aux infrastructures à Gatineau: souhaitez-vous poursuivre, ou y mettre fin?

Faites-nous le savoir à editorial@ledroit.com

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer