À vous la parole

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à 

Agrandir

Patrick Woodbury, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Droit

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à editorial@ledroit.com. Ne seront publiées que les lettres portant les nom, prénom, adresse et numéro de téléphone de l'auteur. Seuls le nom et le lieu de résidence apparaîtront.

L'embourgeoisement

La Ville de Gatineau voudrait nous faire croire que le nouveau programme de subvention résidentielle dans l'Île de Hull vise la mixité sociale (« Des subventions pour les familles », Le Droit, 16 novembre). En réalité lorsqu'on donne 27 500 $ à une famille plus fortunée pour déloger des personnes moins fortunées, il faudrait plutôt parler d'embourgeoisement.

Bill Clennett, Gatineau

Belle revitalisation

Excellente initiative de la Commission sur l'habitation promue par Myriam Nadeau pour attirer les jeunes familles sur l'Île de Hull (Le Droit, 16 novembre). Je vois déjà certains quartiers profiter des retombées de ces programmes. Le quartier Saint-Roch, à Québec, a tiré profit de ce genre de programme de rénovation des façades. Le développement par la beauté, disait l'ex-maire Jean-Paul L'Allier. La densification est le résultat de ce genre de programmes.

Et puis cette réplique de Charles Masse, vice-président du Groupe Heafey, au fait qu'« on ne revitalise pas un centre-ville avec un aréna ». La rue Morin est promise à des lotissements pour les artistes : une coopérative de 51 logements pour des artistes, une coopérative d'ateliers et un centre des arts de la scène pour les arts autres que visuels. Ces projets étaient recommandés par le rapport sur l'État des lieux sur les ateliers d'artistes adopté par le conseil municipal, en juin. Sans compter d'autres projets culturels dans l'axe Montcalm. À ce rythme, on ne reconnaîtra pas le centre-ville dans cinq ans. Bravo aux élus de Gatineau qui font ainsi preuve de vision.  

Yvon Leclerc, Gatineau

Un chemin de concession

Un moment donné il faudrait peut-être arrêter d'appeler la 50 une autoroute. C'est comme un chemin de concession à deux voies. Une autoroute comprend quatre voies séparées par un terre-plein. Donc la différence qu'il y a entre la 148 et le chemin de concession numéro 50 est le nombre. Pour ce qui est de la sécurité : attendons que le quota de décès soit atteint pour que le gouvernement allume.

Gerry Montreuil, Gatineau

***

La question du jour

Aujourd'hui revient le Beaujolais Nouveau. Il y a 20 ans, c'était la folie. Pourquoi l'effet s'est-il dissipé?

Faites-nous le savoir à editorial@ledroit.com

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer