À vous la parole

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à 

Agrandir

Patrick Woodbury, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Droit

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à editorial@ledroit.com. Ne seront publiées que les lettres portant les nom, prénom, adresse et numéro de téléphone de l'auteur. Seuls le nom et le lieu de résidence apparaîtront.

Un potentiel incroyable

Je suis très surpris des résultats du sondage de Radio-Canada à propos de la mairie de Gatineau. Nous avons besoin de leadership fort, et à mon avis, Lawrence Cannon est l'homme de la situation. Il faut que le développement et l'image de Gatineau témoignent de notre place enviable comme quatrième plus grande ville au Québec, et qu'on puisse rivaliser et même faire rêver les autres grandes villes du Canada. Gatineau a un potentiel incroyable de par sa situation géographique au sein de la capitale du Canada. Nous devons essayer d'exploiter cet avantage  et ainsi léguer un héritage de fierté et de prospérité à nos enfants.

Gilles Lavoie, Gatineau

Un visionnaire inspirant

Maxime Pedneaud-Jobin est le reflet du renouveau à Gatineau, parce qu'il écoute, dialogue et est intègre. On le constate avec la création de ID Gatineau qu'il sait en plus proposer des projets novateurs. D'autres résultats concrets ? Le nouveau Guertin en voie de réalisation, plus de professionnalisme à l'urbanisme ; nouvelle vision du développement économique ; un Rapibus plus efficace, et des réunions du conseil tenues dans le respect des opinions. Les priorités 2014-2017 de Gatineau ont été votées par 17 des 18 membres du conseil. Gatineau prend sa place, elle bouge plus que jamais. Le maire s'engage et voit les problèmes comme des défis et non comme des obstacles. C'est un visionnaire inspirant, prêt à consulter et à entendre la population de Gatineau.

Pierre R. Gascon, Gatineau

Innocent ou quoi ?

Donald Trump déclare voir déchirer l'Accord de libre-échange avec le Canada parce que pas assez favorable aux États-Unis. Au lieu de rappeler Trump à l'ordre et d'exiger qu'il respecte la signature de son pays, y compris les clauses sur le bois d'oeuvre, le premier ministre Justin Trudeau déclare qu'il est prêt à renégocier l'ALÉNA. Croit-il vraiment qu'il pourrait en tirer de meilleures conditions pour le Canada ? Pourquoi cet empressement à ouvrir la porte toute grande à Trump ?

Gilles Marleau, Orléans

La question du jour

Trente ans depuis la Loi sur les services en français en Ontario: quel changement a-t-elle suscités?

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer