À vous la parole

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à 

Agrandir

Patrick Woodbury, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Droit

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à editorial@ledroit.com. Ne seront publiées que les lettres portant les nom, prénom, adresse et numéro de téléphone de l'auteur. Seuls le nom et le lieu de résidence apparaîtront.

Le rêve américain

Les électeurs américains ont encore choisi celui qu'ils considéraient comme un héros dans la plus pure tradition de ce pays.

N'est-ce pas ce que nous raconte le cinéma d'Hollywood?

Presque seul, souvent envers et contre beaucoup de notables de son propre parti qui le jugeaient inapte, voire dangereux, il a eu un rêve et s'est battu jusqu'au bout pour le réaliser.

C'est exactement ce qu'on enseigne à nos enfants: avoir un rêve, y croire et se battre jusqu'au bout.

Espérons que ses idées n'en feront pas une «Trumpette» de l'Apocalypse. Ses propres intérêts économiques, familiaux et autres ainsi que son amour de sa patrie en feront un président digne de sa fonction.

Que Dieu lui vienne en aide. 

Gilles Boileau, via Internet

Le bon choix?

Contre toute attente, le chef du Grand Old Party a été élu à la présidence américaine.

Faudra voir quelles seront les réformes privilégiées ou urgentes mises en place par le nouveau président. En espérant que nous, Canadiens, n'aurons pas à nous contraindre aux idées farfelues ou rigides, imaginées, proposées par le nouveau président.

Je me mets à la place du bon peuple américain que trop d'années de vaches maigres sous les démocrates auront poussé dans l'autre camp.

L'avenir nous dira s'ils ont fait le choix qu'il fallait!

Lucie Dumouchel, Gatineau

La nausée

À l'annonce du nouveau président des États-Unis, j'ai ressenti une immense nausée et une incompréhension totale du choix des électeurs.

Cette victoire est un hommage à la haine, à la violence, au mensonge, à la goujaterie.

Gare aux filles pour lesquelles l'agression sexuelle soit devenue matière à élection au plus haut poste de leur pays.

Sylvia Pelletier-Gravel, Gatineau

Jamais au Canada

Il est complètement incompréhensible et inexplicable de réaliser qu'une majorité d'Américains aient pu choisir comme

Président un Donald Trump narcissique, raciste, discriminatoire et qui traite les femmes avec mépris. Épouvantable!

Jamais un tel scénario n'aurait pu se produire au Canada.

Claude Bastien, Gatineau

Pour une vision élargie

Pour les conseillers municipaux Jocelyn Blondin et Marc Carrière, investir un petit 105 000 $ pour les artistes, c'est trop, beaucoup trop. Il est incroyable qu'encore aujourd'hui, nous soyons dirigés encore par des tenants de l'asphalte. Cela me laisse pantois!

Être un élu municipal, c'est d'abord et avant tout, d'être en mesure de développer une vision élargie de l'administration municipale, et la culture en est une partie intégrante. Écouter un nouveau CD dans son char? Il serait peut-être temps que les deux conseillers rajeunissent leur discours...

Paul Peterson, Gatineau

La mission d'une ville

Ainsi, Marc Carrière et Jocelyn Blondin aiment penser qu'une ville se résume à boire de l'eau et boucher des trous. J'aimerais alors savoir à combien la facture s'élève pour le tronçon d'asphalte fait entre les rues Bosco et Taché la semaine dernière... allez voir le beau travail ! Ça c'est de l'argent jeté par les fenêtres!

Chaque dollar investit dans la culture rapporte 5, 6, 7 $... c'est du rendement!

Après la Seconde Guerre mondiale, lors de la préparation de son premier budget, le ministre des Finances de l'Angleterre avait fièrement annoncé à Winston Churchill qu'il avait annulé les fonds pour la culture! Et le premier ministre de répondre : Vous ne trouvez pas que ça va assez mal?

La culture est l'âme des gens; prenez soin des rues, des nids de poule, des bibliothèques et aussi des artistes.... Et cela ne se résume pas à acheter un CD.

Denis Girard, Gatineau

Avant de gaspiller

Elle en a de l'argent, la Ville de Gatineau, c'est pas un problème. 

Elle veut investir des centaines de milliers de dollars pour attirer des événements ou appuyer ses artistes et j'en passe. Je commencerais à réparer les rues avant de gaspiller l'argent des contribuables. L'enfer est bien sur la rue Notre-Dame, près de Maloney, allez faire un tour! 

On croirait que des missiles ont frappé ces rues, incroyable en 2016.

Luc Robert, Gatineau

***

La question du jour

Qu'est-ce qu'une présidence Trump signifie pour le Canada?

Faites-nous le savoir à editorial@ledroit.com

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer