À vous la parole

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à 

Agrandir

Patrick Woodbury, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Droit

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à editorial@ledroit.com. Ne seront publiées que les lettres portant les nom, prénom, adresse et numéro de téléphone de l'auteur. Seuls le nom et le lieu de résidence apparaîtront.

Invraisemblable

OC Transpo a publié des statistiques un peu invraisemblables sur le bilinguisme de leurs chauffeurs. En deux ans, le taux serait tombé de 25 % à 17 %. Comment déterminent-ils qu'un chauffeur est bilingue ? Y a-t-il un test linguistique, ou est-ce que ça va selon le bon jugement des gestionnaires ?

Gaston Carmichael, Gatineau

Exigences linguistiques

Voici quelques-unes des exigences linguistiques imposées par le gouvernement fédéral pour sa capitale : « En plus d'un examen écrit, un examen oral complémentaire est imposé pour les services en contact avec le public : police, conducteur, facteur ou guichetier de la Poste ».

Mais ne rêvons pas : on parle de Bruxelles et non d'Ottawa...

Le gouvernement belge tient à ce que sa capitale soit accueillante pour tous. Et il a posé ses exigences sans se mettre à genoux devant le premier dirigeant de Bruxelles-Capitale pour le supplier de donner son accord ! Un exemple pour le gouvernement Trudeau ?

Roland Madou, Ottawa

Portrait réaliste

L'éditorial « Les deux visages de M. Couillard » (LeDroit, 15 octobre) dresse un portrait juste et réaliste de ce qu'est devenu le premier ministre du Québec. Je partage entièrement cette analyse.

Paul Peterson, Gatineau

Francophones à part entière

L'éditorialiste Pierre Jury cherche la petite bête en reprochant à Manuel Valls d'être passé par Ottawa avant de se rendre au Québec, lors de son récent voyage au Canada (« Une relation particulière », LeDroit, 13 octobre). Rectifions : le premier ministre français a fait une visite de courtoisie au Québec après être venu à Ottawa discuter des grands enjeux de l'heure, qui sont de compétence fédérale. Que le Québec et la France entretiennent des relations privilégiées, qui s'en offusquerait ? Mais que l'on suggère que les Franco-Ontariens, y compris le premier ministre du Canada, doivent jouer les seconds violons en vertu d'une quelconque hiérarchie des francophones canadiens qui donnerait la prééminence aux Québécois, est décevant de la part du journal fondé pour défendre les droits des francophones de l'Ontario. 

Jean-Pierre Villeneuve, Ottawa

***

La question du jour

Relations fédéral-fonctionnaires: le gouvernement Trudeau a-t-il bien agi avec ses employés?

Faites-nous le savoir à editorial@ledroit.com

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer