À vous la parole

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à 

Agrandir

Patrick Woodbury, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Droit

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à editorial@ledroit.com. Ne seront publiées que les lettres portant les nom, prénom, adresse et numéro de téléphone de l'auteur. Seuls le nom et le lieu de résidence apparaîtront.

Le modèle du privé

Dans le dossier de l'aréna Robert-Guertin, je ne comprends pas que la Ville de Gatineau n'adopte pas le même modèle que celui du Complexe Branchaud-Brière: que le privé construise le centre multiglaces et la ville loue des heures de glace. Ce serait aussi au privé de négocier avec les Olympiques de Gatineau. Pourquoi les citoyens devraient-ils financer les activités commerciales des Olympiques?

Ainsi, Gatineau n'aurait pas à assumer des coûts d'infrastructures, d'entretien et de main-d'oeuvre. Elle se porte garante de louer plusieurs milliers d'heures de glace à un taux défini et l'affaire est ketchup. Ça se fait ailleurs. Pourquoi est-ce si compliqué à Gatineau? 

Le modèle proposé comporte des lacunes financières importantes. La preuve? Demandez à la Ville de Québec combien lui coûte son alliance avec Québecor. Ce dernier ne perd pas d'argent et c'est Québec qui assume les pertes d'exploitation.

N'est-ce pas un message d'être vigilant avec un modèle similaire? 

André Beauchamp, Gatineau

Pour l'adoption ouverte

Bravo à la ministre de la Justice, Stéphanie Vallée, d'avoir déposé jeudi le projet de loi 113 confirmant la possibilité, entre la partie adoptante et le parent biologique, d'établir une «entente de communication», directe ou indirecte, entre les deux parties et l'enfant.

L'adoption ouverte et l'adoption semi-ouverte étaient déjà légales au Québec, mais cela leur apportera un renfort inestimable au sein du gouvernement.

Pour ce qui est de l'autre aspect du projet de loi, soit la suppression de la nécessité de passer par un tribunal pour l'adoption par un proche (adoption dite coutumière, chez les Autochtones), pourquoi cette disposition ne s'appliquerait-elle pas à l'ensemble des Québécois? À l'heure actuelle, il existe l'adoption intrafamiliale, qui ne nécessite qu'une visite chez l'avocat, avec le soutien de l'aide juridique au besoin, mais il y a des restrictions quand au degré de parenté.

Même l'adoption par une simple personne de notre choix, avec ou sans lien de parenté, devrait être admissible à cette exemption des tribunaux.

Isabelle O'Connor, Montcerf-Lytton

***

La question du jour

Quel impact l'arrivée de Jean-François Lisée à la chefferie du Parti québécois aura-t-elle?

Faites-nous le savoir à editorial@ledroit.com

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer