À vous la parole

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à 

Agrandir

Patrick Woodbury, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Droit

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à editorial@ledroit.com. Ne seront publiées que les lettres portant les nom, prénom, adresse et numéro de téléphone de l'auteur. Seuls le nom et le lieu de résidence apparaîtront.

Exode de médecins?

En réponse aux affirmations erronées du président d'Impératif français, Jean-Paul Perreault, sur l'exode des médecins formés par l'Université McGill (« Appel à la solidarité », LeDroit, 23 septembre), précisons que plus de 90 % des étudiants en médecine à l'Université McGill viennent du Québec et plus des deux tiers restent au Québec pour y compléter leur formation comme médecins résidents. En Outaouais, c'est plus de 80 % des résidents en médecine de famille qui demeurent dans la région pour y exercer leur pratique et ils parlent tous français. Voilà les faits. Le reste relève de l'opinion.

Olivier Marcil, vice-principal (Relations externes), Université McGill

Ailleurs, les abris

Je suis tout à fait d'accord avec les propos du conseiller Mathieu Fleury lorsqu'il dénonce les problèmes de sécurité et de propreté auprès des abords de l'Armée du Salut, dans le marché By. En effet, tous les refuges du centre-ville ont les mêmes problèmes, et c'est franchement inacceptable, surtout parce qu'on apprend que la Ville d'Ottawa investit près de 26 millions $ annuellement pour ces refuges. Quel message envoie-t-on à l'importante clientèle touristique qui dépense des millions ? Il est grand temps qu'Ottawa ferme tous les refuges au centre-ville et les déménage hors de la zone touristique, à Carp, Carleton Place, ou Cumberland, par exemple. Comme ça, la ville continuerait de soigner les sans-abris tout en accueillant nos touristes dans un endroit propre, attirant et en toute sécurité.

Allen Cramm, Ottawa

Au bout de sa pensée

Il est déplorable que la future faculté satellite de médecine ne pourra pas offrir 100 % de ses cours en français en Outaouais. Mais Impératif français devrait aller au bout de sa philosophie anglophobe et émettre des fatwa nationalistes à l'encontre des étudiants francophones qui osent fréquenter l'une des universités anglophones du Québec.

René Thibault, Ottawa

***

La question du jour

Retour d'Yves Ducharme en politique gatinoise : qu'en pensez-vous?

Faites-nous le savoir à editorial@ledroit.com

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer