À vous la parole

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à 

Agrandir

Patrick Woodbury, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Droit

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à editorial@ledroit.com. Ne seront publiées que les lettres portant les nom, prénom, adresse et numéro de téléphone de l'auteur. Seuls le nom et le lieu de résidence apparaîtront.

Tendre la joue

Encore une fois l'Outaouais doit tendre la joue et accepter ce qu'aucune autre région du Québec tolérerait. Nos impôts payeront la formation d'étudiants en médecine en anglais et ils pourront par la suite se faire un plaisir d'aller travailler en Ontario ou aux États-Unis. Je ne veux plus être une citoyenne de seconde zone, je veux les mêmes services que le reste du Québec : des services de santé adéquats, une vraie autoroute 50 et des programmes d'éducation postsecondaire diversifiés. Lors des prochaines élections je mettrai à profit la devise du Québec : je me souviens.

Céline Héroux, Gatineau

Il faut exiger plus

Merci à Patrick Duquette pour sa chronique « L'examen de la prostate » (LeDroit, 12 septembre). Il est grand temps que la population de l'Outaouais cesse d'être tenue pour acquise par les libéraux. D'élection en élection, ils promettent toutes sortes de choses en santé, en transport, en éducation et j'en passe. Une fois élus, nous ne les entendons pas défendre nos intérêts : l'autoroute 50, la santé, un pont de plus, des fonds à l'UQO. Je ne veux pas être méchant, mais il est grand temps que la population exige plus de ses élus. 

Jean Clément Paris, Gatineau

Un peu d'efforts

Il y a quelques années, j'ai dû suivre un cours d'anglais intensif de 12 mois dans un collège d'Ottawa pour avoir droit à l'aide financière du ministère des Collèges et Universités de l'Ontario. N'ayant pas le choix, je l'ai suivi avec une certaine crainte. Mais j'ai quand même réussi. Alors, les Anglos-Québécois devraient montrer un peu d'effort d'apprendre en français, ce qui serait bien à leur avantage comme les Franco-ontariens bilingues. Et la Faculté satellite en médecine à Gatineau devrait être à 100 % français.

Line Branchaud, Embrun

Sur toute la ligne

Entièrement d'accord avec l'éditorial « Encore non au compromis » (LeDroit, 13 septembre) ! Ne lâchez pas !

Françoise Daoust, Gatineau

***

La question du jour

Permis d'affaires à Gatineau : faudrait-il en obtenir un pour du travail à domicile?

Faites-nous le savoir à editorial@ledroit.com

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer