À vous la parole

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à 

Agrandir

Patrick Woodbury, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Droit

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à editorial@ledroit.com. Ne seront publiées que les lettres portant les nom, prénom, adresse et numéro de téléphone de l'auteur. Seuls le nom et le lieu de résidence apparaîtront.

Problème d'intégration

Si j'étais un immigrant nouvellement arrivé au Québec, et que je constatais qu'on arrive plus à nous intégrer à cause d'une difficulté à s'organiser, ma réaction serait celle-ci: je chercherais à me regrouper avec mes semblables et vivre selon la culture que je connais.

Avec le temps, je considérerais la possibilité d'organiser certains services pour les besoins de notre propre culture...

Est-ce cela que nous souhaitons pour le Québec de demain?

Louise Rollin, Gatineau

Entre dire et faire...

Le sondage du Commissariat aux langues officielles sur le bilinguisme cache un vice de méthodologie. Il y a une grande différence entre l'opinion et le comportement.

Il est tout à fait possible d'avoir une opinion contraire à son comportement. Ainsi, les «Canadians» peuvent être favorables au bilinguisme... tant que ça ne les touche pas. Cependant, lorsque vient le temps d'accorder une école française, c'est la croix et la bannière. Air Canada, le logiciel de traduction, cela ne démontre pas une grande acceptation du fait français au Canada, malgré les prétentions du sondage.

Le vrai test du bilinguisme, c'est la langue parlée, et les résultats du recensement ne varient pas trop d'une fois à l'autre.

Le Canada est un pays anglophone dans son fonctionnement. Non, vraiment, il ne faut pas trop pavoiser devant les résultats de ce sondage, mais aller au-delà des apparences.

Jean-Pierre Deslauriers, Gatineau

Le chat est sorti du sac!

Finalement, le vérificateur général de Gatineau a vu la pointe de l'iceberg dans la mauvaise gestion de la Société de transport de l'Outaouais. Il était temps! Ce n'est qu'un début.

Il est grand temps aussi que Gatineau cesse d'augmenter sa quote-part les yeux fermés, à coup de 3 ou 4 millions $ par an. Ces augmentations représentent plus de 125 millions $ depuis 2007.

Qu'est-ce que les contribuables ont reçu en retour de cet investissement? Rien! Le nombre de passagers stagne autour de 20 millions depuis plus de cinq ans, et ce, malgré l'ouverture du Rapibus à un coût de plus de 250 millions $!

Qui sont les caves dans tout ça?

Marc-André Pelletier, Gatineau

***

La question du jour

Trois graves accidents à vélo sont survenus en une semaine dans la région, dont deux mortels. Comment enrayer ce fléau?

Faites-nous le savoir à editorial@ledroit.com

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer