À vous la parole

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à 

Agrandir

Patrick Woodbury, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Droit

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à editorial@ledroit.com. Ne seront publiées que les lettres portant les nom, prénom, adresse et numéro de téléphone de l'auteur. Seuls le nom et le lieu de résidence apparaîtront.

Le droit à la libre expression

Le droit à la libre expression est un droit qui peut s'encadrer par des lois et des règlements comme tous les droits. Aucun droit n'est absolu. Jusqu'ici, les humoristes au Québec ou en France se sont limités à prendre pour cible des groupes de la société comme les femmes, les hommes, les adolescents ou les handicapés. C'est acceptable. C'est le droit à la libre expression. Tout comme on interdit les propos haineux ou qui incitent à la violence, il faudrait interdire qu'on s'en prenne publiquement aux défauts physiques ou mentaux d'un individu. On peut se moquer des actions ou des opinions d'un personnage historique comme Napoléon ou d'un personnage public comme un politicien, un artiste, un sportif, mais pas de ses défauts physiques ou mentaux.

Normand Rousseau, Gatineau

Carte postale à mon fils

Belles vacances, gym tonique et bains de silence : j'en avais besoin. Je veux partager avec toi ce beau moment de joie : je fête aujourd'hui mon 35e anniversaire de sobriété. Incroyable : quelque 12 250 jours sans une goutte d'alcool ! Tu te souviens : je ne pouvais passer un jour sans boire. Comme tu es sans doute celui qui a souffert le plus de mon alcoolisme, tu es sûrement celui qui se réjouit le plus de ma sobriété. Après m'avoir vu longtemps délabré, tu m'as vu restauré et tu étais fier de moi. Tu voyais enfin ton vrai père. Dommage que tu sois aussi loin : on pourrait arroser ça ensemble. Toi, avec un bon verre de champagne et moi, avec une eau minérale pétillante. Oui, je crois bien Frédéric que dans ma vie, la sobriété est mon meilleur coup ! Merci encore de m'avoir épaulé pendant ces 35 ans. Sois heureux.

Christian Larsen, Gatineau

Combien d'enfants morts?

J'espère que le gouvernement du Québec n'ira pas dans le sens du Collège des médecins vétérinaires du Québec. Le Québec ne doit pas être la seule terre d'accueil pour les pitbulls au Canada. L'Ontario a interdit les pitbulls sur son territoire depuis plus de 10 ans. Il va falloir combien d'enfants défigurés ou morts avant de voir le Québec bouger?

Thomas Simard, Gatineau

***

La question du jour

Comment expliquer les succès des Canadiennes aux Jeux de Rio?

Faites-nous le savoir à editorial@ledroit.com

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer