À vous la parole

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à 

Agrandir

Patrick Woodbury, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Droit

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à editorial@ledroit.com. Ne seront publiées que les lettres portant les nom, prénom, adresse et numéro de téléphone de l'auteur. Seuls le nom et le lieu de résidence apparaîtront.

Sur la piste glissante d'un certain Dieudonné

Mike Ward pratique un humour bête et méchant, un créneau facile qui fascine un certain public. En soi, je m'en fiche, puisque je n'irai jamais voir un de ses spectacles!

Et voici que Mike Ward décide que dans la vraie vie, il aura aussi peu de classe que l'humoriste sur scène. Au diable respect, décence, dignité et autocensure! Il aurait pu avoir l'humilité de reconnaître une erreur, de s'en excuser pour une fois, et il s'en serait trouvé grandi. Le summum du pathétique: l'appel à un GoFundMe.

Cela rappelle un certain Dieudonné qui, au fil d'une carrière pourtant bien lancée, perd de vue l'humour et ses mécanismes tout en finesse pour s'acharner sur les Juifs spectacles après spectacles et qui, cerise sur le sundae, fait la collecte auprès de ses «ouailles» pour couvrir le coût de ses déboires judiciaires.

Le vrai débat pour la liberté d'expression se situe à d'autres niveaux (Turquie, Iran, Arabie saoudite, etc.) et a des enjeux bien plus élevés que les frasques d'un humoriste s'obstinant dans ses bourdes.

Certains des collègues de «Monsieur» Ward, qui en ont fait leur champion, devraient reconsidérer leur appui; je vous accorde que le monde des humoristes est petit et qu'une certaine solidarité pourrait être de mise, mais encore faudrait-il que celle-ci soit éclairée. À ma connaissance, jusqu'ici les humoristes n'ont pas été muselés, peut-être parce qu'ils n'ont pas versé dans des débordements méchants.

Pour porter l'étendard de la liberté d'expression, trouvez-vous un autre champion! Un qui en a l'étoffe et qui a des intérêts plus altruistes que ceux de Mike Ward.

Claudine Bertrand-Paradis, Gatineau

Des chiens qui tuent

Le gouvernement du Québec doit interdire les pitbulls.

Il s'agit ici de chiens qui tuent soit d'autres animaux, soit des humains. Il ne s'agit pas de simples morsures mais de morsures qui tuent.

Pourquoi une minorité de personnes composée de vétérinaires devrait-elle avoir plus d'écoute que la majorité de la population? Y-a-t-il un seul vétérinaire qui a perdu un proche mordu par un pitbull? Ou encore opéré un enfant mordu par cette race de chiens?

Ginette St-Arnaud, Gatineau

***

La question du jour

Se procurer de la marijuana à des fins médicales est un jeu d'enfant à Ottawa, écrit notre chroniqueur Denis Gratton. Qu'en pensez-vous?

Faites-nous le savoir à editorial@ledroit.com

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer