À vous la parole

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à 

Agrandir

Patrick Woodbury, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Droit

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à editorial@ledroit.com. Ne seront publiées que les lettres portant les nom, prénom, adresse et numéro de téléphone de l'auteur. Seuls le nom et le lieu de résidence apparaîtront.

La pensée magique

Le projet de ressusciter le train à vapeur, moussé en grande pompe par LeDroit, n'est qu'un retour en arrière fantaisiste soutenu par la pensée magique et dont les résidents de Chelsea et les contribuables du Québec assumeraient encore une fois les frais. Arrêtons de se faire des accroires et tournons-nous vers un vrai projet d'avenir pour les résidents de Chelsea et de la région : la conversion du corridor du chemin de fer en une piste interdite aux véhicules motorisés et au service de la communauté. 

Marc Allain, Chelsea

Un retour nostalgique dans le passé

Le projet de relance du train à vapeur n'est pas la voie de l'avenir pour Chelsea. Récemment, notre municipalité a adopté un Plan directeur de transport actif dans lequel le corridor ferroviaire est défini comme un axe structurant qui, converti en piste, permettrait aux résidents de se déplacer en sécurité à pied, à vélo à basse vitesse, en ski et en raquette. Le train à vapeur n'a jamais eu d'impact économique pour Chelsea et le nouveau projet n'en offre pas plus. Sans l'appui des résidents de Chelsea et sans appuis financiers importants des gouvernements et du secteur privé, il ne verra jamais le jour. C'est un retour nostalgique dans le passé. Regardons plutôt en avant et planifions des infrastructures qui répondent aux besoins de la communauté plutôt qu'aux rêves d'amateurs de train.

Lyse Huot, Chelsea

Le bronze se changera en or

Le bronze se changera vraisemblablement en or pour l'haltérophile canadienne Christine Girard, quatre ans après les JO de Londres, tenus en 2012. Devant elle, une Kazakhe et une Russe y avaient remporté les médailles d'or et d'argent dans la catégorie des moins de 63 kg, mais les ont perdues récemment pour cause de dopage. N'empêche que les tricheuses ont thésaurisé pendant les années les plus payantes, soit celles suivant la compétition, alors que Mme Girard en a arraché. Quelle injustice ! Le CIO devrait dédommager Mme Girard, car c'est lui le grand responsable.

Sylvio Leblanc, Montréal

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer