À vous la parole

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à 

Agrandir

Patrick Woodbury, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Droit

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à editorial@ledroit.com. Ne seront publiées que les lettres portant les nom, prénom, adresse et numéro de téléphone de l'auteur. Seuls le nom et le lieu de résidence apparaîtront.

La fourberie de nos gouvernements

Le dossier du lait diafiltré est un excellent révélateur des véritables intentions de nos gouvernements à Ottawa concernant la gestion de l'offre des produits laitiers.

Si on appuie la gestion de l'offre, on intervient pour classer le lait diafiltré dans la même catégorie que le lait brut. Cela est facile à faire, et ça peut être fait rapidement.

Si on n'appuie pas la gestion de l'offre, on trouve toutes sortes d'excuses fallacieuses pour ne pas intervenir. Ainsi, le lait diafiltré va continuer à envahir le marché canadien, et nos producteurs locaux n'auront éventuellement plus de marché pour leur lait. À moyen terme, la seule solution qui s'imposera pour «sauver» nos producteurs sera l'abolition pure et simple de la gestion de l'offre.

Lors de la dernière campagne électorale, le PCC disait appuyer la gestion de l'offre. Pourtant, durant ses années au pouvoir, il n'a jamais tenté de mettre fin à cette arnaque qui permet que le lait diafiltré soit considéré comme un ingrédient à la frontière (et est donc exempté de frais aux douanes), puis qu'il devienne soudainement du lait dans la fabrication de fromage.

Le gouvernement Trudeau est maintenant en place depuis huit mois. Le ministre responsable a déclaré: «Nous travaillons avec l'industrie pour trouver une solution à long terme.»

Cela risque d'être long. Très long. Parce que les intérêts de l'industrie sont à l'opposé de ceux de nos producteurs.

Gaston Carmichael, Gatineau

La liberté d'expression a ses limites

Mike Ward, ce n'est pas parce que tu es reconnu publiquement que tu dois manquer de respect au jeune Jérémy Gabriel.

Même si tu es un artiste célèbre, ta liberté d'expression a ses limites. Tes propos méchants ne se sont pas seulement limités à un individu, mais s'étendent à l'ensemble des personnes handicapées et à leurs familles, qui doivent passer par beaucoup de difficultés pour réaliser leurs rêves.

Si tu veux continuer de cette façon, alors limite-toi à attaquer tes collègues humoristes qui t'appuient. Et n'oublie jamais que c'est le public qui te fait vivre en allant voir tes spectacles humiliants - que je n'irai jamais voir, d'ailleurs.

Line Branchaud, Embrun

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer