À vous la parole

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à 

Agrandir

Patrick Woodbury, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Droit

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à editorial@ledroit.com. Ne seront publiées que les lettres portant les nom, prénom, adresse et numéro de téléphone de l'auteur. Seuls le nom et le lieu de résidence apparaîtront.

L'enthousiasme olympique

À tous les deux ans, la même question se pose dans ma conscience : vais-je me laisser prendre à l'enthousiasme olympique qu'on veut à tout prix générer partout ? Ou bien serai-je distrait par les nombreuses questions de justice sociale des pays hôte, ou par la participation de certains états bandits ? Cette année, outre les très importantes questions d'injustice économique et de santé publique qui se posent au Brésil, s'ajoute la question de la participation de la Russie, nation scélérate dont on sait maintenant que l'appareil étatique tout entier a, par une malade inflation nationaliste, soutenu le dopage de ses athlètes depuis des années. Comme le Comité international olympique (CIO) carbure à l'argent de ses commanditaires, je m'adresse à eux : voulez-vous que les consommateurs associent votre marque à un événement désormais trop malade et indigne d'accaparer notre attention ? Continuez à nous matraquer avec votre publicité comme vous le faites depuis des mois et ne faites aucune pression pour que le CIO fasse la seule chose décente : bannir un état despote qui ne peut honnêtement concurrencer avec nos athlètes qui, eux, sont étroitement surveillés depuis belle lurette. Cessons de prendre en otage leurs rêves au nom d'un nationalisme mal placé, ou alors, revenons à un esprit plus olympique et moins corporatif.

André Dorion, Gatineau

Erreur dans les impôts

À première vue, recevoir son salaire en double semble être moins dommageable que de ne pas le recevoir. Mais la réalité en est tout autre. L'employeur verse le salaire net à l'employé et transmet au nom de l'employé les déductions à la source à des tiers comme les impôts fédéral et provincial et toutes les autres déductions. Même si l'employé réserve la somme reçue en trop afin de la retourner à son employeur fautif, qui aura la responsabilité de récupérer les déductions à la source payées en trop ? Si les corrections ne sont pas faites avant la fin de l'année, les feuillets T-4 seront erronés. Qui portera la responsabilité ? Le gouvernement fédéral dépensera combien afin de réparer son erreur ?

Yves L. Durand, Gatineau

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer