À vous la parole

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à 

Agrandir

Patrick Woodbury, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Droit

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à editorial@ledroit.com. Ne seront publiées que les lettres portant les nom, prénom, adresse et numéro de téléphone de l'auteur. Seuls le nom et le lieu de résidence apparaîtront.

Une loi devenue inutile

Ainsi donc vous avez décidé de me laisser agoniser dans la douleur physique et psychologique durant 10 jours!

Tout le côté humain de la loi québécoise, toute la réflexion qui la sous-tend seront désormais ignorés. L'objectif premier d'alléger les souffrances des patients est bafoué, balayé. On a donc plus de compassion pour un cheval, un chien, un chat que pour un être humain.

Durant ces 10 jours, vous ferez de moi un laboratoire d'essai pour toute la panoplie de vos médicaments censés me soulager.

De qui se moque-t-on? Cette loi n'a désormais plus aucun sens. Quelle hypocrisie de m'avoir fait croire que je pourrais m'en aller dignement, dans la paix du corps et de l'âme accompagnée de respect et d'amour. Dans l'accessibilité de n'importe quel milieu hospitalier.

Jenny Crustin, Gatineau

Des coups de feu jusqu'en pleine nuit

Ces derniers jours, mon amoureux et moi profitions de nos vacances annuelles sur notre terrain en bordure de la rivière de la Petite-Nation. Quelle beauté et quelle richesse de la nature! Notre petite fille de 8 ans viendra d'ailleurs nous rejoindre dans quelques jours.

Par contre, nous avons peur. Peur pour elle et pour nous. Il y a des coups de feu à toute heure du jour ou de la nuit à environ 100 mètres de nous. Tantôt des coups de feu isolés, tantôt des rafales. Et hier soir, jusqu'à 23h30!

Est-ce normal? On a l'impression que la réglementation est claire quand il s'agit de la protection de l'environnement, mais cela ne semble pas être le cas pour l'utilisation des armes à feu à proximité des lieux de vie.

Peuvent-ils tirer avec des armes à feu comme ils le veulent? Que peut-on faire pour faire cesser cela?

Andréanne Grondin, Montréal

Merci François Pierre

Je salue le départ du journaliste et chroniqueur François Pierre Dufault. L'Île-du-Prince-Edouard gagne un journaliste soucieux de rapporter des faits avec exactitude, un chroniqueur à l'analyse serrée, bien menée et sans langue de bois.

Merci pour votre travail dans la francophonie ontarienne, Monsieur Dufault. Belle route avec nos cousins acadiens.

Richard Mayer, Gatineau

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer