À vous la parole

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à 

Agrandir

Patrick Woodbury, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Droit

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à editorial@ledroit.com. Ne seront publiées que les lettres portant les nom, prénom, adresse et numéro de téléphone de l'auteur. Seuls le nom et le lieu de résidence apparaîtront.

Je tiens à Postes Canada

J'ai besoin de ce service public qu'est Postes Canada. Malgré la menace de lock-out ou de grève, je soutiens les facteurs ruraux. Pour ceux et celles qui sont accrochés à la technologie d'acheter tous ces articles via Internet, ce qui est une façon de ne pas bouger de son siège et de faire perdre des emplois, pourriez-vous respecter ceux et celles qui, ne sont pas obligés de vous suivre ou qu'ils ne peuvent pas ?

Line Branchaud, Embrun

Refaire ses devoirs

Je ne suis pas nécessairement d'accord avec le transfert de mes taxes scolaires aux Anglais, mais subir une hausse additionnelle de 5 % à celles déjà subites les trois dernières années, là, je suis totalement en désaccord ! Mon compte de taxes scolaires a augmenté de 173 $ en trois ans et ce, avec une évaluation de ma propriété inchangée. Le président de la Commission scolaire des Draveurs, Claude Beaulieu, aurait intérêt à refaire ses devoirs ou à réapprendre à compter car on est loin de la hausse d'une vingtaine de dollars qu'il mentionne.

Sylvie Giroux, Gatineau

L'argent, toujours l'argent

Le merveilleux monde du hockey s'illustre par cette interminable valse des millions accordés à tous ces profiteurs qui cherchent le gros lot au détriment des partisans étouffés par les coûts inabordables des billets. Cessera-t-on un jour de nous harceler avec le discours sur le plafond salarial et la masse salariale des clubs ? Le hockey devrait valoriser ces athlètes désireux de se dépasser au quotidien pour leur équipe et non pour leur confort personnel.

Raymond Ménard, Plaisance

Langue et argent

Les consommateurs ne sont pas les vaches à lait contraintes à payer sans rechigner comme certains le penseraient ! Qui ne consulte pas les encarts publicitaires pour trouver les meilleurs prix en ville ? Qui ne fait de détours pour l'essence la moins chère possible ? Quand des citoyens cherchent à payer moins de taxes scolaires, il faudrait en plus les ostraciser ? Dans les affaires d'argent, la langue n'est pas prioritaire.

Gérard Daniau, Gatineau

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer