À vous la parole

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à 

Agrandir

Patrick Woodbury, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Droit

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à editorial@ledroit.com. Ne seront publiées que les lettres portant les nom, prénom, adresse et numéro de téléphone de l'auteur. Seuls le nom et le lieu de résidence apparaîtront.

Inquiétude

Depuis 2014, chaque personne peut définir elle-même son identité sexuelle, et dès 2017, elle pourra être enregistrée comme ne s'identifiant ni aux hommes, ni aux femmes (« Des pièces d'identité non genrées en Ontario », LeDroit, 30 juin). L'inquiétude me prend ! Comment nos gouvernements appliqueront-ils leur sacro-saint principe d'égalité femmes et d'hommes ? Dans quelle catégorie mettra-t-on ces sans genre ? Faudra-t-il aussi un quota pour cette nouvelle génération X ? Ou rejoindront-ils le groupe de ceux qui ne méritent pas une représentation équitable, les anciens qui ont trop d'expérience ? À moins qu'on en revienne, quelle horreur, à des nominations selon les qualifications !

Roland Madou, Ottawa

Le droit à mourir

Je me permets de répliquer à la chronique « Les autres, c'est nous », de Patrick Duquette (LeDroit, 22 juin). Cette veuve de 82 ans, admise à l'hôpital de Gatineau, implore le personnel médical de la laisser mourir. Il ne faudrait jamais laisser mourir de faim une personne hospitalisée : ce serait inhumain. Il faudrait qu'un médecin l'aide à mourir par une injection.

Cette façon de procéder donnerait le temps à l'hôpital de s'organiser pour le don d'organes, par exemple. Chaque jour, un suicidé sur trois est un aîné.

Ce qui signifie que 365 personnes par an meurent dans la solitude, d'une mort atroce. Pourquoi ? Parce qu'ils savent qu'on leur refuserait l'aide médicale à mourir en douceur s'ils se rendaient à l'hôpital. Les raisons de ces suicides peuvent être nombreuses mais celles de cette dame de 82 ans est la plus plausible : parce que sa vie n'a plus de sens et qu'elle ne veut pas être un poids pour les autres.

Quand nous sommes jeunes, la société nous dit : Prends ta vie en main et sois fier de toi. Quand est vieux, la classe médicale nous dit : On prend ta vie en main et on te fera souffrir le plus longtemps possible.

La vie nous appartient et on devrait pouvoir y mettre fin quand on veut, assisté par un médecin.

Marius Patry, Gatineau

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer