À vous la parole

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à 

Agrandir

Patrick Woodbury, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Droit

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à editorial@ledroit.com. Ne seront publiées que les lettres portant les nom, prénom, adresse et numéro de téléphone de l'auteur. Seuls le nom et le lieu de résidence apparaîtront.

Majorité référendaire

Ah, cette merveilleuse et tortueuse pensée politique qui voudrait nous faire croire qu'une majorité électorale de 50 % plus 1 n'est pas la même ici qu'ailleurs ! Un cours de mathématique avec ça ? Maintenant vous voulez que l'on vous croie ? Vous voulez que l'on vote pour vous ? Allez, du sérieux SVP.

Gérard Daniau, Gatineau

Transaction positive

Je crois sincèrement la perte de PK Subban pour Montréal sera très positive. Il est un excellent joueur de hockey. Par contre ses déboires sur la glace ne laissent personne indifférent. N'oublions pas que le but ultime est la victoire, les séries et la coupe Stanley, rien de moins. Malgré ses talents, Subban est un joueur à haut risque, capable du meilleur comme du pire, c'est ce qui nuit à sa carrière jusqu'à maintenant. Il a gagné le trophée Norris oui... lors d'une demi-saison. Il a participé à la médaille d'or avec Équipe Canada... sans être utilisé du tout, ses services n'étant pas jugés nécessaires. Je ne veux pas l'abaisser, ce sont des faits. La constance n'y est pas tout simplement, qualité qu'on recherche à tout prix chez les pros. Je ne connais pas bien Shea Weber mais ses statistiques en disent long. On saura rapidement l'apprécier, je l'espère... Tout ça pour dire que je considère cette transaction comme ayant été nécessaire pour faire progresser le CH rapidement et redevenir comme par le passé une équipe gagnante.

Aimé Laitre, Gatineau

Le départ de PK

Le bilan ? Commercialement = Très substantiel. Populairement = Très négatif. Sportivement = Peu substantiel. Contractuellement = Presque équivalent... car le niveau des talents, la portée des contrats, et même l'âge des deux joueurs étoiles concernés globalement se valent plus ou moins dans un horizon de 3 à 4 ans. Donc, réellement, un échange « d'intangibles » reliés au « code sacré » de la communauté traditionnelle tricotée serrée de la LNH relativement aux types de personnalité et d'attitude juges comme conventionnellement « acceptables » pour former et forger des équipes aspirantes à la coupe Stanley.  

Luc Rioux, Gatineau

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer