À vous la parole

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à 

Agrandir

Patrick Woodbury, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Droit

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à editorial@ledroit.com. Ne seront publiées que les lettres portant les nom, prénom, adresse et numéro de téléphone de l'auteur. Seuls le nom et le lieu de résidence apparaîtront.

Grenouilles ou emplois ?

Je suis pour les grenouilles et la chronique de Patrick Duquette illustre très bien la problématique de notre comportement anti-nature. Les emplois gagnés ne seront toujours que temporaires tandis que la nature dévastée, elle, aura disparu pour les futures générations. Ne resteront que du béton et du gazon aseptisé pour des humains déconnectés de toute sensitivité biologique ; que des ordinateurs et des téléphones dits intelligents qui animeront nos soirées d'ennui au paradis de l'humain égaré, mais contingenté. Le profit de toute forme avalise tous les autres champs d'action de notre triste nature de toujours en vouloir plus. Merci de l'essai ; une petite lumière dans la noirceur journalière.

Alain Béchard, Gatineau

Le premier de plusieurs

Le Brexit est le symbole de la guerre qui fait rage entre État islamique et le reste du monde. Les états-nations se replient sur eux-mêmes pour des questions de sécurité civile et économique. Les frontières redeviennent importantes si on en juge par le résultat du référendum au Royaume-Uni. Je prévois maintenant un effet domino en Europe, mais aussi dans tout le monde libre. Nous ne tolérerons pas d'être attaqués sournoisement par des kamikazes et notre démocratie aura la réponse en durcissant le ton avec ces adversaires de toutes origines. Trump aux États-Unis, Le Pen en France ou d'autres leaders des droits radicaux vont faire leurs choux gras de cette guerre en développement.

Serge Landry, Gatineau

On arrête tout !

On arrête tout développement, car cette fois, on a vu quelques grenouilles... donc l'homme n'a pas d'affaire-là, diront certains environnementalistes. Pas d'école, pas de clinique de santé, plus de logis, car c'est leur territoire. Arrêtons tout, car le progrès heurte la nature ! Ben quoi ? Ils défendent les animaux ? Hé bien moi, je défends le droit de l'être humain, point à la ligne.  

Luc Robert, Gatineau

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer