À vous la parole

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à 

Agrandir

Patrick Woodbury, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Droit

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à editorial@ledroit.com. Ne seront publiées que les lettres portant les nom, prénom, adresse et numéro de téléphone de l'auteur. Seuls le nom et le lieu de résidence apparaîtront.

Randonnée dans Montebello

Au même titre que bon nombre de résidants de la Petite-Nation, je me suis permis un bain de foule en fin de semaine au Rockfest pour apprécier entre autres l'impressionnant travail du comité organisateur qui ficelle la logistique d'un pareil événement. Au fil des années, ce grand rendez-vous continue à se démarquer et améliorer l'ensemble de son organisation. Bravo à tous ceux qui mettent l'épaule pour dynamiser l'économie locale et faire rayonner tout son potentiel par une activité hors de l'ordinaire.

Raymond Ménard, Plaisance

Plusieurs raisons

La mentalité insulaire des Britanniques explique en partie leur décision de vouloir quitter l'Union européenne (UE). Ils ont été les derniers à s'y joindre, et avec beaucoup de réticences. L'instabilité au Moyen-Orient est également à l'origine du début du déclin de l'UE avec le flot de réfugiés quittant les zones de guerre. L'intégration des pays pauvres de l'Europe de l'Est n'est pas non plus un facteur étranger. La classe ouvrière britannique a beaucoup souffert de la libre circulation des travailleurs de ces pays pauvres vers l'Angleterre. Mais la faute principale revient à une UE mal ficelée. Les Britanniques plus âgés et moins instruits ont favorisé la sortie de l'UE ; ils se sentent, avec raison, en marge de la société civile. Enfin, la décision de quitter l'Union relève davantage de la peur et l'insécurité que des raisons économiques.

Raymond Carrière, Gatineau

Intersection dangereuse

Il s'en est fallu de peu pour que survienne un deuxième accident, coin Chambord et Lorrain. Une amie y a évité de justesse la catastrophe. Un conducteur fautif roulant à toute allure sur Lorrain et distrait par l'effigie dressée à la mémoire d'Elizabeth Graham-Welton, a manqué de l'emboutir. Doit-on le répéter ? Cette intersection est dangereuse. La circulation trop dense, la vitesse excessive et les arrêts fréquents à proximité d'un projet résidentiel sur Lorrain sont autant de facteurs de risque. Qu'attendent nos élus pour agir ? La perte d'une vie ne suffit-elle pas ?

Josée Lévesque, Gatineau

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer