À vous la parole

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à 

Agrandir

Patrick Woodbury, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Droit

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à editorial@ledroit.com. Ne seront publiées que les lettres portant les nom, prénom, adresse et numéro de téléphone de l'auteur. Seuls le nom et le lieu de résidence apparaîtront.

Bilinguisme économique

Non seulement l'Ontario doit se déclarer bilingue par respect pour ses quelque 600 000 francophones, mais la province y trouvera aussi une source d'épargne. En effet, il en coûte plus pour assurer les services aux francophones dans les zones désignées que de l'offrir partout sur le territoire. Par exemple, la LCBO offre des services en français dans environ 130 de ses quelque 650 magasins. Il serait moins coûteux d'installer des affiches bilingues partout sans égard pour le nombre de francophones. Ceci ne susciterait que très peu de réactions, les Ontariens sont habitués depuis très longtemps au bilinguisme. Kellogg a « bilinguisé » ses Corn Flakes depuis belle lurette.

Jacques Bastien, Ottawa

Encore une dérogation?

En autorisant la construction d'un hôtel et l'aménagement de 125 espaces de stationnement en surface à la place de la Cité, nos élus dérogent encore une fois au plan d'urbanisme de la Ville de Gatineau. C'est une erreur de permettre à un hôtelier de venir tenter d'écumer les retombées financières générées par le complexe sportif qui attirera des centaines d'athlètes de haut calibre. Et pourtant, Gatineau a des hôtels bien répartis sur son territoire pour loger tous ces athlètes, leurs accompagnateurs et leurs parents. Comment se fait-il que les membres du conseil n'aient pas su apprécier que nos hôtels actuels allaient pouvoir loger tout ce beau monde ? 

Antoine L. Normand, Gatineau

Une heureuse surprise

Récemment nous sommes allés manger au resto Mill St. Brew Pub à Ottawa. Nous nous attendions à parler anglais avec le serveur. À notre grande et agréable surprise, ce dernier nous a demandé, sans doute après avoir perçu notre accent francophone, s'il pouvait nous parler en français ! Quelle agréable surprise ! Curt - c'est son nom - a dit dans un français presque parfait que notre présence lui permettait de le pratiquer. En plus, il nous a demandé de le corriger si nous percevions des erreurs. Si vous voulez manger au Mill St. Brew Pub et que vous voulez jaser en français, demandez Curt !

Denis Labelle, Gatineau

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer