À vous la parole

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à 

Agrandir

Patrick Woodbury, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Droit

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à editorial@ledroit.com. Ne seront publiées que les lettres portant les nom, prénom, adresse et numéro de téléphone de l'auteur. Seuls le nom et le lieu de résidence apparaîtront.

Les exigences de qui?

Le propriétaire des magasins Simons, Peter Simons, affirme que l'affichage aux quatre coins de son nouveau magasin au Centre Rideau sera uniquement en anglais puisque le système utilisé par Simons «n'est pas conçu pour créer des pancartes multilingues» (7 juin). Un «système» doit répondre aux exigences du grand patron et de la clientèle, pas l'inverse!

Mauvais décollage, surtout pour une chaîne québécoise. 

Pascal Barrette, Ottawa

Moins pessimistes

Les Ontariens sont peut-être moins pessimistes que les Québécois à propos de l'oléoduc Énergie Est. S'il y a une fuite, un déversement, si ça prend feu, si ça explose, si, si, si, toujours des suppositions pour faire peur...

Plusieurs se prennent pour des petits Greenpeace et disent non au pétrole, mais sont les premiers à posséder deux ou trois voitures.

Luc Robert, Gatineau

Tel père, tel fils

L'héritage du père, Pierre Elliott Trudeau, tout comme celui de son fils, Justin Trudeau, nous mène au vide juridique. La similitude est beaucoup plus grave lorsqu'on l'envisage sous l'angle moral.

Même si la criminalité d'un geste tombe, son immoralité demeure. Il sera toujours immoral de se tuer ou de se faire tuer La loi de Dieu transcende la loi humaine et dit: «Tu ne tueras point.»

Trudeau père a infiltré son venin en 1968 en prétextant que les femmes pouvaient prétendre à la propriété de leurs corps, comme si le bébé qu'elles portaient était un objet quelconque dont elles pouvaient se débarrasser. Erreur monumentale dont on voit toujours les conséquences de nos jours. Quelque 45 ans plus tard, son fils démontre sensiblement le même esprit d'ouverture face à l'euthanasie.

Au lieu de nous aider à accueillir la vie et à lui donner un sens, il nous entraîne dans la déchéance du meurtre et du suicide. Allons-nous continuer d'aduler cet homme qui semble avoir perdu tout sens de moralité responsable?

Renald Veilleux, Gatineau

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer