À vous la parole

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à 

Agrandir

Patrick Woodbury, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Droit

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à editorial@ledroit.com. Ne seront publiées que les lettres portant les nom, prénom, adresse et numéro de téléphone de l'auteur. Seuls le nom et le lieu de résidence apparaîtront.

Un bon départ

La proposition de désigner bilingue tout l'Ontario faite par le commissaire aux services en français François Boileau est un bon départ.

Mais il serait beaucoup plus avantageux que l'Ontario soit officiellement bilingue. Cela aurait l'avantage d'attirer beaucoup plus de francophones pour y vivre. Les services en français seraient aussi beaucoup mieux protégés en milieu rural.

Et qu'arrive-t-il à une famille francophone qui déménage dans une région anglophone? Le mot «désigné», je ne l'aime pas.

Line Branchaud, Embrun

De la cohérence

À l'appui du rapport annuel du commissaire aux services en français, l'éditeur du journal LeDroit, Pierre-Paul Noreau, affirme que «la Loi 8 sur les services en français a des allures de passoire et [...] que les trous dans la législation permettent commodément à des organismes d'échapper à des obligations largement acceptées partout ailleurs en province» («Le legs majeur du commissaire Boileau», 2 juin).

Au nombre des organismes récalcitrants, on songe à l'Université d'Ottawa qui refuse d'appliquer la Loi 8 aux facultés des sciences et de génie, ainsi qu'aux programmes de cycle supérieur.

M. Noreau appelle les Franco-Ontariens à soutenir les recommandations du commissaire, dont celle de refondre la Loi 8. En tant que membre du Bureau des gouverneurs de l'Université d'Ottawa, ne pourrait-il pas aussi inciter cet organisme à accorder aux francophones leurs pleins droits en vertu de la loi existante?

Jean-Pierre Villeneuve, Ottawa

AFPC: «de kessé»?

De quoi se mêle l'Alliance de la fonction publique du Canada et Larry Rousseau («Le projet Zibi condamné par un important syndicat de fonctionnaires», 1er juin)? Leur mandat n'est-il pas de négocier des conditions de travail pour les fonctionnaires du gouvernement?

M. Rousseau est contre le projet du promoteur Windmill car il s'agit, encore une fois, d'un lieu sacré pour les Autochtones!

À ce compte-là, arrêtons tout, puisque tout le territoire était autochtone il y a des centaines d'années!

Luc Robert, Gatineau

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer