À vous la parole

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à 

Agrandir

Patrick Woodbury, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Droit

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à editorial@ledroit.com. Ne seront publiées que les lettres portant les nom, prénom, adresse et numéro de téléphone de l'auteur. Seuls le nom et le lieu de résidence apparaîtront.

Le faux partage

Dans presque tous les clips des représentants d'Uber, ceux-ci ne manquent pas de glisser le mantra «partage».

Séparer entre voisins les frais d'une seule voiture pour l'aller-retour boulot-dodo, c'est du partage. Multiplier les voitures pour transporter une ou quelques personnes contre rémunération, c'est du taxi commercial.

Tout l'argumentaire d'Uber repose sur une dénaturation du mot «partage».

Oui, la technologie a sa place: celle d'intermédiaire ou d'accessoire dans l'industrie du taxi. Toute loi devrait bien définir cette place et surtout en finir avec la trompeuse notion de «partage».

Pascal Barrette, Ottawa

Pollution à Gatineau

Malgré toutes ces belles chimères de ville-vélo, ville-nature et autres phrases creuses, Gatineau est une ingérable productrice de gaz à effets de serre («Gatineau, troisième ville la plus polluée au Québec», 12 mai).

On a simplement à penser aux nombreux feux de circulations vétustes, qui n'ont aucun mode de fonctionnement intelligent en période creuse, et qui multiplient l'attente inutile. Ou encore à la multiplication des permis d'affaires permettant le service au volant au point, où le débordement provoque des embouteillages.

Sans oublier le fiasco du Rapibus, qui loin d'augmenter la fréquentation du transport en commun, l'a plutôt diminuée en chassant des usagers réguliers pourtant gagnés d'avance à la cause.

Ce n'est pas en multipliant les mesures vexatoires aux automobilistes que l'on réglera le problème, mais en créant véritablement une ville intelligente dans sa gestion du trafic routier.

André Dorion, Gatineau

Je m'excuse

Le premier ministre canadien s'excuse envers les Premières Nations. La première ministre de l'Ontario demande pardon aux Franco-Ontariens. Le Parti québécois demande des excuses à des députés de l'opposition.

Des excuses et encore des excuses. Des excuses pour des choses qui sont arrivées il y a 200 ans.

À quoi sert de revenir en arrière? C'est fait, on n'en parle plus, point final.

Sur ce, je m'excuse d'avoir pris un peu de votre temps.

Luc Robert, Gatineau

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer