À vous la parole

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à 

Agrandir

Patrick Woodbury, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Droit

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à editorial@ledroit.com. Ne seront publiées que les lettres portant les nom, prénom, adresse et numéro de téléphone de l'auteur. Seuls le nom et le lieu de résidence apparaîtront.

Merci de me le dire

La Banque nationale m'écrit : « Vous accompagner vers les solutions adaptées à vos besoins et vous informer de tout changement est une priorité. » N'est-ce pas gentil? Une brochure détaille certains changements à la tarification. Après les fleurs, le pot : hausse de 25 % de plusieurs des services courants! On prend le soin de préciser que si ces changements ne me sont pas acceptables, je peux simplement fermer mon compte. Merci à la BN de m'informer!

Gaston Carmichael, Gatineau

Zéro de conduite

Maigre consolation, ce ne sont pas seulement les francophones qui sont sous-représentés à l'Université d'Ottawa. D'après le Globe and Mail, l'Université d'Ottawa n'a atteint aucun de ses objectifs de représentation des femmes, des membres des minorités visibles, des personnes handicapées et des autochtones parmi les titulaires de chaires de recherche du Canada. Le Programme de chaires demande aux universités de définir leurs objectifs de représentation des groupes désignés et les invite à adopter des pratiques exemplaires en matière d'équité. Un professeur de droit de l'Université d'Ottawa, Amir Attaran, lui-même titulaire jusqu'à récemment d'une telle chaire, recommande que le programme fédéral supprime les chaires de recherche et les subventions des universités qui ne respectent pas leurs engagements d'équité envers les groupes désignés. Le gouvernement de l'Ontario devrait sabrer les subventions de l'Université d'Ottawa tant et aussi longtemps que les francophones y seront sous-représentés.

Jean-Pierre Villeneuve, Ottawa

Les questions pièges

Les citoyens du Canada doivent remplir le formulaire de recensement aujourd'hui. Mais gare aux questions pièges. Les questions 6 et 7 sont tendancieuses et veulent surtout amener les Canadiens français à répondre qu'ils sont bilingues et, par conséquent, qu'ils ont moins besoin de services en français. Il est bien connu que les Canadiens français se débrouillent bien dans l'autre langue et leur petite fierté les portera malheureusement à cocher français et anglais. L'assimilateur Lord Durham est toujours à l'oeuvre.

Yves Saint-Denis, Chute-à-Blondeau

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer