À vous la parole

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à 

Agrandir

Patrick Woodbury, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Droit

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à editorial@ledroit.com. Ne seront publiées que les lettres portant les nom, prénom, adresse et numéro de téléphone de l'auteur. Seuls le nom et le lieu de résidence apparaîtront.

La vitalité du français

La vitalité et l'essor du français dépendent bien moins de l'affichage que de la qualité du français enseigné dans les écoles et parlé à la maison.

René Thibault, Ottawa

L'union fait la force

Le correspondant Yves Saint-Denis soutient que «Le Québec ne le méritait pas» (4 mai), en parlant de Pierre Karl Péladeau. Mais si ce dernier voulait démontrer que l'union fait la force, pourquoi voulait-il séparer le Québec du Canada?

Dix provinces sont plus fortes qu'une seule, non?

Luc Robert, Gatineau

Au détriment des CLSC

Les CLSC existent depuis 1972. Aujourd'hui, on en compte 147 couvrant l'ensemble du Québec. Le CLSC connaît la population, ses besoins et les organismes du milieu.

Je n'ai rien contre le principe des supercliniques, mais pourquoi ne pas les intégrer aux CLSC? J'ai travaillé dans le réseau de la santé durant 34 ans et nous nous dirigeons vers un affaiblissement des CLSC si la rumeur se confirme.

L'idée des supercliniques vient d'une seule personne qui fait fi de la mission des CLSC: le ministre Gaétan Barrette. Encore une fois, il annonce une réforme à la manière d'un dictateur. S'il vous plaît, arrêtez-le.

Raymond Carrière, Gatineau

Des gens brillants

La politique a eu raison du célèbre couple Péladeau-Snyder. Et quel dommage que la vie de personnes aussi compétentes soit sacrifiée sur l'autel de la publicité. Elles brillent par leur vivacité, leurs convictions et leur désir, l'un de faire avancer la société québécoise, l'autre de lui communiquer sa joie de vivre.

J'ai admiré Julie Snyder pour sa dignité, sa discrétion et sa déclaration d'amour pour son conjoint et, malgré ma peine d'assister à la fin de son grand rêve, Pierre Karl Péladeau a droit à mon plus grand respect pour le choix qu'il a fait entre ce rêve et sa famille.

Je leur souhaite de retrouver l'harmonie et l'amour.

Sylvia Pelletier-Gravel, Gatineau

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer