À vous la parole

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à 

Agrandir

Patrick Woodbury, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Droit

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à editorial@ledroit.com. Ne seront publiées que les lettres portant les nom, prénom, adresse et numéro de téléphone de l'auteur. Seuls le nom et le lieu de résidence apparaîtront.

Gratton et Moncton

Le chroniqueur Denis Gratton a raison d'être déçu qu'on ait «débaptisé» l'école de Windsor qui portait le nom de son frère aîné («Il n'était pas parfait, mon frère», 3 mai).

Qui n'a jamais péché? Si on est capable de retirer le nom de Michel Gratton pour cette incartade pour laquelle il s'est dignement excusé, comment expliquer que rien n'est fait pour «débaptiser» la ville de Moncton, dont le nom évoque le passage de cet anglais-génocidaire du peuple acadien?

Yves Parent, Ottawa

Faire ensemble au PQ

Le Parti québécois doit contribuer à une société plus juste et plus proche des besoins de la population.

Son prochain chef devra continuer à développer cette capacité à faire cohabiter le rêve et le possible; cela nécessitera conviction, persévérance et espoir. Il devra s'approprier l'expression «faire ensemble» qui incite à collaborer et préparer la route à des rapports réglés par un sens commun de la responsabilité en s'ouvrant a de nouvelles stratégies, de nouveaux styles, de nouveaux comportements.

Faire ensemble signifie faire en réseau afin de mettre les valeurs des dons de tous, sans omettre l'unicité irremplaçable de chacun. Et, que sa voie maîtresse soit toujours la justice qui refuse les raccourcis des recommandations et du favoritisme, les déviations dangereuses de la malhonnêteté et des compromis faciles. 

Pierre R. Gascon, Gatineau

Le Québec ne le méritait pas

Pierre-Karl Péladeau quitte la politique. Il avait affiché clairement ses couleurs. C'est dans l'union des forces vives de la nation et dans la convergence seule des partis qui veulent un pays français en Amérique que l'État du Québec se réalisera pleinement.

M. Péladeau proposait une vision politique rappelant que l'union fait la force. Certains partis ne sont pas rompus à l'exercice de véritables négociations et n'apprennent pas à mettre de l'eau dans leur vin. Le pays français accuse un nouveau retard. M. Péladeau a choisi sa famille. C'est le bon choix. Le Québec ne le méritait malheureusement pas.

Yves Saint-Denis, Chute-à-Blondeau

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer