À vous la parole

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à 

Agrandir

Patrick Woodbury, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Droit

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à editorial@ledroit.com. Ne seront publiées que les lettres portant les nom, prénom, adresse et numéro de téléphone de l'auteur. Seuls le nom et le lieu de résidence apparaîtront.

Les choix du festival

Délaisser le Festival des montgolfières parce que Mike Ward rit «des problèmes intellectuels ou physiques des gens»? Je me demande si le correspondant Luc Robert («Pas un fan de Mike Ward», 29 avril) a déjà vu l'humoriste en spectacle.

Il rit de ceux qui profitent de leur handicap, comme à l'émission La Voix, où on attire la sympathie du public avec des candidats ayant eu des difficultés à surmonter. Ward ne rit pas seulement d'eux, il rit du sexe et de lui-même.

En raison d'un individu, vous délaissez le festival? D'autres le boycottent, las de voir les mêmes artistes de «matantes» comme Marc Dupré, et qu'on délaisse de plus en plus l'aspect famille.

René Larivière, Gatineau

Un patrimoine vivant

La Fiducie du patrimoine ontarien vient de distribuer un dépliant dans LeDroit sur le programme Portes ouvertes Ontario 2016.

Contrairement à l'allégation du correspondant Richard Mayer («Le patrimoine franco-ontarien», 29 avril), la Fiducie est très consciente du patrimoine franco-ontarien. En tant qu'agence du gouvernement de l'Ontario, elle est assujettie à la Loi sur les services en français.

On en a vu la preuve lors des événements reliés au 400e de présence francophone en Ontario. Toutes les actions qu'elle a menées l'ont été dans le respect et la promotion du patrimoine franco-ontarien.

Dans le programme Portes ouvertes Ontario, il reviendra à chacune des municipalités de faire découvrir la richesse de la présence des francophones de l'Ontario dans leur milieu.  

Guy Matte, Ottawa

Du chantage regrettable

Le choix de la CCN est fait. Je ne peux ni l'approuver ni le critiquer.

Une chose cependant m'a piqué au vif. C'est le chantage d'Eugene Melnyk. Qu'il ne déménage pas son équipe au centre-ville d'Ottawa si son projet n'est pas choisi, c'est son droit, mais qu'il l'utilise pour mousser son projet, pas sûr.

Ce qui m'agace, c'est qu'on ne connaîtra jamais si oui ou non cette tactique aura eu un impact sur le choix du groupe Melnyk.

Jacques Tremblay, Ottawa (Orléans)

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer