À vous la parole

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à 

Agrandir

Patrick Woodbury, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Droit

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à editorial@ledroit.com. Ne seront publiées que les lettres portant les nom, prénom, adresse et numéro de téléphone de l'auteur. Seuls le nom et le lieu de résidence apparaîtront.

Fumée et marijuana

L'engagement du premier ministre Justin Trudeau de légaliser la marijuana me questionne au plus au point.

Pendant des décennies, nous avons fait des investissements financiers et humains pour sensibiliser aux conséquences de la fumée sur la santé. Je m'explique difficilement qu'on se détourne aujourd'hui de toute la promotion des saines habitudes de vie.

Dans un tel contexte, il m'apparaît invraisemblable d'ouvrir la porte à la marijuana sans en peser les impacts pour la santé publique.

Raymond Ménard, Plaisance

L'autorité des inspecteurs

La raison derrière toutes ces erreurs de construction à la Maison du citoyen est bien simple: il n'y a pas eu d'inspection au fur et à mesure des travaux. Sinon, les inspecteurs les auraient signalés.

Malheureusement, les entrepreneurs sont laissés à eux même pour assurer que les travaux soient faits correctement. Ils n'ont aucun intérêt à retarder les travaux pour corriger les erreurs et les omissions.

La solution, c'est d'avoir des inspecteurs compétents et indépendants, employés par la municipalité et imputables à la elle seulement, pour faire des inspections progressives avec l'autorité d'arrêter les travaux tant que les corrections ne sont pas faites correctement.

C'est ce qui se fait ailleurs, mais pas à Gatineau. L'architecte du projet de la Maison du citoyen et l'entrepreneur général sont redevables de leurs erreurs. La balle est dans le camp du conseil municipal.

Jean-R. Séguin, Gatineau

Comment vraiment contrôler les armes?

J'ai bien aimé l'opinion du Dr David-Martin Milot, «Le registre des armes, une question de santé publique» (7 avril). Aussi toute la discussion sur le sujet à l'émission Tout le monde en parle.

Beaucoup de mots et de salive pour justifier un besoin essentiel, semble-t-il, dans une société progressive.

Après toute cette mise en scène, j'aimerais qu'on m'explique comment on contrôlera les armes à feu qui, paraît-il, entrent par les réserves indiennes et qui servent les besoins des gangs de rue et le monde criminalisé?

Gilbert Séguin, Gatineau

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer