À vous la parole

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à 

Agrandir

Patrick Woodbury, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Droit

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à editorial@ledroit.com. Ne seront publiées que les lettres portant les nom, prénom, adresse et numéro de téléphone de l'auteur. Seuls le nom et le lieu de résidence apparaîtront.

Déchets: l'heure de l'approche dure

Le projet de Plan de gestion des matières résiduelles 2016-2020 de la Ville de Gatineau manque de leadership environnemental. 

Depuis plusieurs années, Gatineau tente de sensibiliser les citoyens, mais le taux de récupération stagne. L'approche douce est dépassée. 

Le fait d'avoir un bac ne veut pas dire qu'on s'est appliqué à bien faire le tri... J'ai visité le centre de tri et la contamination est monnaie courante!

En 2016, l'approche restrictive est maintenant de mise. Il faut sévir!

Pas pour le paraître, mais pour démontrer que c'est assez. Il faut obliger tous les citoyens à recycler/composter et surtout punirceux qui ne le font pas ou le font mal. Certes, certains se révolteront et s'entêteront. Tant pis!

N'ayons pas peur de déplaire! Il est temps de mettre nos priorités à la bonne place et d'agir comme des adultes responsables et consciencieux! Montrons l'exemple!

Isabelle Caron, Gatineau

L'aide médicale à mourir, pas une réponse

Je crois que l'aide médicale à mourir n'est pas la réponse aux problèmes de santé mentale.

En fait, je crois que Dieu qui donne la vie est Celui qui sait quand c'est l'heure de mourir. 

Jacqueline Laroche, Gatineau

Le projet inquiétant de l'aide médicale à mourir

Tuer son semblable ou l'autoriser à se tuer était criminel il n'y a pas si longtemps. Or, cela deviendra une norme acceptable au niveau fédéral, tout comme au Québec, avec l'aide médicale à mourir.

En toute légalité, on pourra s'en laver les mains, comme Ponce Pilate. 

Certains médias s'évertuent à banaliser à normaliser et à faire la promotion de cette approche. Curieusement, rares sont ceux qui inscrivent leur dissidence. Il est triste de constater que notre société s'enlise de plus en plus dans ce que Jean-Paul ll appelait la «civilisation de la mort».

Renald Veilleux, Gatineau

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer