À vous la parole

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à 

Agrandir

Patrick Woodbury, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Droit

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à editorial@ledroit.com. Ne seront publiées que les lettres portant les nom, prénom, adresse et numéro de téléphone de l'auteur. Seuls le nom et le lieu de résidence apparaîtront.

L'autopsie de Mulcair

Thomas Mulcair n'était pas un stratège pour le NPD.

Durant la dernière campagne électorale, il espérait que Justin Trudeau, «trop jeune», allait se planter. Mais quand ça ne s'est pas produit, Mulcair n'avait pas de «plan B», étant un planificateur et non un stratège. Et surtout pas un tacticien.

André Dussault, Gatineau

Promesses...

Gaétan Barrette a annoncé que nous aurions tous un médecin de famille d'ici 2017. Ses prédécesseurs Philippe Couillard et Yves Bolduc s'y étaient aussi engagés.

Mon calendrier me rappelle qu'était venu le temps pour mon examen annuel préventif. Le bureau de mon médecin me dit que dorénavant mon cas ne serait vu qu'aux deux ans. La raison? Les réorganisations du ministre. Un médecin pour tous, mais un demi-service.

On ne parle pas ici de retarder la réparation d'une route.

Gaétan Barrette pourra bien dire que cet examen annuel n'est pas essentiel pour tous, mais à 62 ans, il m'est nécessaire pour m'assurer d'une tranquillité d'esprit. J'ai appelé mon député pour l'assurer que je m'activerai d'ici les prochaines élections à nous débarrasser de ceux qui ne protègent plus nos intérêts. La réponse? Le ministre n'est pas responsable, il n'a jamais pris une telle décision et je dois être patient en raison du grand nombre de réformes du bon ministre.

À un certain âge, on n'analyse plus si c'est la faute de Gaétan, Yves ou Philippe, ma santé prime.

Richard Harvey, Gatineau

Le contribuable floué

La chronique «Se compliquer la vie» (13 avril) de Patrick Duquette est très logique: un chat est un chat, un hôpital est un hôpital.

Honte aux gestionnaires du gouvernement: l'argent des contribuables est dilapidé, on s'en fout de la population. Comment peuvent-ils avoir la conscience en paix?

Les mots conscience et dignité n'existent plus au sein de l'État.

Lyse Garneau, Gatineau (Hull)

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer