À vous la parole

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à 

Agrandir

Patrick Woodbury, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Droit

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à editorial@ledroit.com. Ne seront publiées que les lettres portant les nom, prénom, adresse et numéro de téléphone de l'auteur. Seuls le nom et le lieu de résidence apparaîtront.

Méthode broche à foin

Le député de Hull-Aylmer, Greg Fergus, semble avoir une curieuse propension à ménager la chèvre et le chou. À preuve, il insiste pour dire que l'outil de traduction automatique envisagé dans la fonction publique fédérale est « un outil intéressant pour lire des messages reçus, mais pas une bonne chose pour lire des messages qui sont envoyés ». Allo? Que la traduction broche à foin se fasse à la source ou à la destination n'a aucune importance. Ce qui est en cause, c'est la rigueur intellectuelle qui sous-tend la méthode préconisée. Or, qu'une telle rigueur semble autant faire défaut à M. Fergus qu'aux hauts fonctionnaires pilotant le projet n'est guère rassurant.

Jean-Charles Merleau, Gatineau

Chercher... à ses frais

C'est la Semaine de la recherche pour l'ensemble du monde universitaire. Les universités du Québec souligneront le travail intellectuel de la communauté universitaire. Cette année, elle revêt une signification particulière pour les étudiants salariés de l'UQO qui sont en négociations depuis plus d'un an. Le syndicat des étudiants salariés de l'UQO (SEES-UQO) demande que les étudiants reçoivent leur première paie de travail dans la période de paie normale et non des mois après avoir commencé à travailler. Le SEES-UQO maintient également que les étudiants salariés n'ont pas à payer pour travailler ni à fournir leur propre matériel de bureau. L'UQO se dit sensible à nos problématiques, mais refuse de s'engager formellement. 

Valérie La France-Moreau et Shawn Goodman,

Comité de négociation, SEES-UQO

Des poules à Gatineau

Vous voulez des conflits entre voisins? Hé bien vous en aurez avec les poules en ville qui se chamailleront tôt le matin. En ville, vis comme un citadin. Si tu veux garder des animaux de ferme, va à la campagne. Après les poules, les cochons peut-être? Faut pas discriminer! J'espère que la Ville de Gatineau n'aura pas besoin de semaines pour revenir sur cette décision stupide.

Luc Robert, Gatineau

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer