À vous la parole

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à 

Agrandir

Patrick Woodbury, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Droit

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à editorial@ledroit.com. Ne seront publiées que les lettres portant les nom, prénom, adresse et numéro de téléphone de l'auteur. Seuls le nom et le lieu de résidence apparaîtront.

De l'aide, sans néons clignotants

Nous avons lu avec grand intérêt l'article sur le quartier Vanier à Ottawa (15 mars). Entre autres parce que nous y sommes installés depuis plusieurs dizaines années déjà.

En effet, lorsqu'on est en constante insuffisance de revenu, un prêt sur salaire semble alors être une avenue pour plusieurs. Il existe 33 prêteurs sur gages dans un rayon de 5 kilomètres carrés du chemin Montréal et la promenade Vanier!

Il y a toutefois tout un écosystème d'organismes communautaires qui accompagne les gens qui souhaitent se prendre en main. Le Centre d'éducation financière EBO en est un parfait exemple. Depuis 37 ans, nous recevons à Vanier des individus et familles socialement et économiquement vulnérables. Gratuitement. On peut les aider à dresser un plan budgétaire pour se sortir de leur précarité... et éliminer le besoin d'aller vers un prêteur sur salaire.

Mais, contrairement à ce que suggère avec à-propos LeDroit, pas besoin de demander à Desjardins d'octroyer de petits prêts à court terme comme cela se fait au Québec puisque nous le faisons depuis 2008, grâce justement à un partenariat avec les caisses populaires Desjardins d'Ottawa. Le Centre EBO gère un programme de microcrédit qui offre de petits prêts en dernier recours aux particuliers dans le besoin dans le cadre d'une consultation budgétaire. Sans intérêt. Sans frais. Totalement gratuitement. Mais sans néon ni enseignes clignotantes...

Ça ne fera pas contrepoids aux 33 prêteurs sur gages du quartier. Mais c'est une petite alternative qui a pu aider des dizaines d'individus et familles. Le meilleur coup de main que nous puissions offrir, c'est d'accompagner les gens dans le besoin dans leur gestion budgétaire afin qu'ils reprennent le contrôle de leurs finances et évitent ce type d'endettement étouffant. 

Hélène C. Ménard, directrice générale du Centre d'éducation financière EBO, Vanier

Santé et bien-être

Proposée par l'ex-ministre Philippe Couillard en 2004, la loi sur le commissaire à la santé et au bien-être stipule notamment que ce dernier doit déclarer sous serment qu'il remplira ses fonctions avec honnêteté, impartialité, justice et confidentialité.

Est-ce qu'il y a au Québec un citoyen qui a demandé d'abolir cette loi?

Jean-Pierre Allard, Gatineau

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer