À vous la parole

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à 

Agrandir

Patrick Woodbury, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Droit

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à editorial@ledroit.com. Ne seront publiées que les lettres portant les nom, prénom, adresse et numéro de téléphone de l'auteur. Seuls le nom et le lieu de résidence apparaîtront.

L'énergie grise

Actionnaire de l'énergie fossile, l'Université d'Ottawa détient un levier pour la faire glisser du noir au vert.

Tout investisseur veut d'abord un rendement. Si tous les fonds universitaires du fossile se coalisaient de leur matière grise pour convaincre cette filière que le profit viendra du virage au vert, ils pourraient, qui sait, convaincre certaines sociétés à effectuer de leurs propres milliards ce virage au propre.

L'énergie grise qui motiverait la noire à devenir verte, à transformer un oléoduc en hélioduc (hêlios, soleil), quel phare ne pourrait-elle pas devenir!

Pascal Barrette, Ottawa

Immigration francophone

Plus de 6% des francophones du Canada sont ontariens. L'objectif de l'Ontario «d'accueillir 5% de l'immigration francophone au pays» n'est donc pas très ambitieux. Mais même cet objectif insuffisant, l'Ontario peine à l'atteindre.

Pour en trouver la raison, la ministre Meilleur nous montre la piste: «Les immigrants qui arrivent, souvent ils ne savent pas qu'il y a des écoles francophones.» Pourquoi? Parce que l'Ontario est connue dans le monde comme une province unilingue anglophone.

C'est pour les mêmes raisons que la plupart des touristes francophones européens hésitent à s'aventurer chez nous. Les Français et les Belges que je rencontre ignorent qu'il y a autant de Franco-Ontariens et que les services gouvernementaux ontariens sont bilingues.

La solution est donc évidente: il faut que le monde sache que l'Ontario a deux langues officielles. Quand nos dirigeants vont-ils comprendre que l'officialisation du bilinguisme serait un atout économique important?

Roland Madou, Ottawa

La réputation de Ghomeshi

Qu'il soit acquitté ou pas, à cause de contradictions ou de manipulation des faits, la réputation de Jian Ghomeshi est salie à jamais. Il restera toujours l'homme qui tapoche et étouffe ses conquêtes sexuelles.

Malgré le verdict de non-culpabilité, il aura de la difficulté à obtenir de bons contrats à l'avenir. Ces femmes n'ont pas tout perdu dans cette cause.

Nicole Huneault, Gatineau

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer