À vous la parole

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à 

Agrandir

Patrick Woodbury, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Droit

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à editorial@ledroit.com. Ne seront publiées que les lettres portant les nom, prénom, adresse et numéro de téléphone de l'auteur. Seuls le nom et le lieu de résidence apparaîtront.

Trois poids, trois mesures

Je ne suis pas d'accord avec l'affirmation du maire de Gatineau voulant que la décision de la Cour supérieure dans le dossier des frais de croissance représente «une défaite pour les contribuables» (19 mars). Je pense qu'il serait plus juste de dire que ce dernier défend une position d'injustice fiscale.

Dans son mémoire sur le projet de loi 83, Maxime Pedneaud-Jobin justifie les frais de croissance et le programme de remboursement de taxes pour la construction résidentielle dans le centre-ville par une prétention écologiste.

Dans les faits, sa politique fiscale crée trois catégories de contribuables: ceux qui doivent payer le coût de leurs infrastructures; ceux qui ne paient pas le coût de leurs infrastructures car elles étaient déjà payées par la taxe générale; et ceux qui ne paient pas le coût de leurs infrastructures mais qui, de surcroît, bénéficient d'un congé de taxes.

Au lieu de défendre un régime de trois poids trois mesures, le maire devrait revoir la structure d'imposition actuelle qui avantage les propriétés à grande surface. Par exemple, selon l'évaluation municipale, la valeur d'une propriété résidentielle de 5588 mètres carrés dans le parc Champlain est de 28$ le mètre carré. Pas très loin, dans le quartier du Plateau, il y a une propriété résidentielle de 224 m2 évaluée à 291$ le m2. Cet exemple illustre qu'avec les règles d'imposition municipales, la taxe générale par mètre carré d'un terrain 25 fois plus petit qu'un autre coûte 10 fois plus.

Si l'objectif est de promouvoir la densification urbaine et de générer plus de revenus pour le développement et l'entretien des infrastructures, il serait plus équitable de remettre en question la méthodologie d'évaluation foncière qui avantage les propriétés à grande surface et d'introduire des taux variables d'imposition.

Bill Clennett, Gatineau

Cessez de vous plaindre

La récente sortie du conseiller municipal gatinois Marc Carrière est la goutte qui a fait déborder mon vase.

Les conseillers dits indépendants ne cessent de se plaindre des iniquités dont ils sont victimes à cause de la présence d'un parti politique. Ce débat a été tranché il y a 30 ans. Si les règles ne vous conviennent pas, faites les changer. Sinon, conformez-vous et formez votre parti.

Ça vous sortirait de votre individualisme factice et enrichirait peut-être les débats par ailleurs nécessaires.

Robert Beauchamp, Gatineau

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer