À vous la parole

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à 

Agrandir

Patrick Woodbury, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Droit

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à editorial@ledroit.com. Ne seront publiées que les lettres portant les nom, prénom, adresse et numéro de téléphone de l'auteur. Seuls le nom et le lieu de résidence apparaîtront.

Se poser des questions

L'avènement du suicide assisté devrait nous amener à réfléchir sur nos priorités et notre solidarité les uns envers les autres. Bien soigner et accompagner les malades devrait être notre priorité numéro un.

Pourtant, il semble devenu moins important de former du personnel médical et de construire et bien équiper les hôpitaux que d'obtenir une franchise de la LNH ou du baseball majeur.

Il serait bien de se poser des questions et de réfléchir sur les conséquences de nos actes si nous voulons que le Canada demeure une société juste et compatissante dans laquelle il fait bon vivre.

Gilles Marleau, Ottawa (Orléans)

Les élus et l'itinérance

Soucieux de mieux comprendre le phénomène de l'itinérance, le maire de Gatineau, Maxime Pedneaud-Jobin, a organisé une conférence avec une spécialiste du domaine pour lui et ses collègues.

Or, non seulement la majorité de nos élus n'ont pas cru bon profiter de cette occasion, mais ceux qui ont choisi de s'y rendre se plaisent maintenant à réciter une litanie de raccourcis anti-intellectualistes, sans se rendre compte que s'ils ont été élus, c'est aussi pour prendre des décisions innovantes appuyées sur des données probantes.

Bien sûr qu'en matière d'itinérance, comme dans tous domaines des sciences sociales, il n'existe pas de solutions miracles. Ces élus décrient le fait que l'experte retenue n'ait pas su parler de la situation particulière de Gatineau. Nos élus ne sont-ils pas au courant que leur boulot, c'est aussi de transférer les meilleures pratiques du monde et de les adapter à la réalité régionale?

Je ne sais ce qui est le plus inquiétant dans cette histoire: la nonchalance de ceux qui n'ont même pas cru bon se déplacer pour en apprendre sur un enjeu urgent ou l'esprit obtus de ceux qui s'y sont rendus et n'ont rien su y trouver sinon l'occasion trop belle de décrier le maire et ses idées.

Nous méritons des élus qui savent innover, penser et agir. On ne peut continuer à laisser notre vie collective être guidée par du sens commun, des charlatans ou de la basse politique. Les périls sont beaucoup trop grands.

Charles-Antoine Bachand, Gatineau

Les vieilles bagnoles

Les Américains vont profiter du réchauffement diplomatique avec Cuba, car ils vont acheter la plupart des autos anciennes qui sont encore en très bon état.

Ils vont revendre le tout avec de gros profits!

Luc Robert, Gatineau

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer