À vous la parole

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à 

Agrandir

Patrick Woodbury, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Droit

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à editorial@ledroit.com. Ne seront publiées que les lettres portant les nom, prénom, adresse et numéro de téléphone de l'auteur. Seuls le nom et le lieu de résidence apparaîtront.

Minuit moins une

Il est minuit moins une pour le climat et les villes ont le devoir de réduire de façon responsable les émissions de gaz à effet de serre. Le nouveau schéma d'aménagement de Gatineau, que nous avons collectivement appuyé, indique de se fier aux pôles de transport et de viser la densification.

C'est Gilles Carpentier (président de la Société de transport de l'Outaouais) qui a raison lorsqu'il argumente que le développement immobilier doit s'arrimer à une offre fonctionnelle de transport collectif pour être logique et durable.

Geneviève Carrier, Gatineau

Arthur n'a pas tout à fait tort

Gatineau la mal-aimée est une ville qui vit dans l'ombre d'Ottawa la capitale.

Un centre-ville fantôme soirs et fins de semaines, un casino trop imposant, un musée le plus achalandé du Canada et un red light sur Greber.

C'est ce qu'André Arthur à découvert à Gatineau en recherchant des plaisirs touristiques de célibataire.

Mais pour les visiteurs plus conventionnels, les familles par exemple, c'est davantage: plages, pistes cyclables, parcs majestueux, et de nombreux festivals et fêtes de toutes sortes.

C'est la cohésion entre les événements, l'industrie touristique, les commerçants, les gouvernements ainsi que la complicité des citoyens qui vont faire de Gatineau une destination touristique de choix.

Car il faut que les Gatinois deviennent des hôtes pour le touriste. Il faut que ce dernier se sente accueilli par des gens sympathiques et prêts à rendre service.

Geneviève Carrier, Gatineau

Gatineau, un trou?

«Gatineau, c'est un trou, n'allez pas là, il n'y a rien à faire», selon l'animateur André Arthur. Ses railleries pimentées sont bien connues et n'ont aucune crédibilité.

Toutefois, ce genre de commentaire soulève une problématique préoccupante de l'image de l'Outaouais vue par le reste du Québec.

Pourquoi avons-nous de la difficulté à recruter des médecins en Outaouais? Comment expliquer le sous-financement historique en santé? L'implantation d'une faculté de médecine en Outaouais prend plus de temps qu'ailleurs? En éducation, l'UQO n'arrive pas à développer de nouveaux programmes pour retenir la clientèle de chez nous. La 50 est-elle vraiment une autoroute?

Il nous faut comprendre davantage comment le reste du Québec perçoit l'Outaouais.

Sommes-nous perçus comme une bourgade éloignée et étrangère par le reste du Québec?

Raymond Carrière, Gatineau

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer