À vous la parole

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à 

Agrandir

Patrick Woodbury, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Droit

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à editorial@ledroit.com. Ne seront publiées que les lettres portant les nom, prénom, adresse et numéro de téléphone de l'auteur. Seuls le nom et le lieu de résidence apparaîtront.

Une position amorale?

À Mgr Terrence Prendergast, 

Ainsi, tout suicide, assisté ou non, serait clairement immoral «dans (sic) n'importe quel point de vue rationnel». Ceux qui ne partagent pas votre point de vue sont donc soit sans morale, soit incapables de raison. Les juges de Cour suprême, qui protègent la liberté de conscience que l'Église invoque pour qu'un médecin catholique puisse refuser l'aide au suicide, seraient donc des fumistes.

Je comprends le besoin de croire à quelque chose pour donner un sens à sa vie; j'accepte qu'on croie pour autant que cela ne fasse pas obstacle à ma liberté de penser autrement et d'agir en conséquence, toujours dans le cadre des lois existantes. En qualifiant d'irrationnelle ma façon de voir, vous franchissez une ligne; vous donnez à ceux pour qui les religions sont des cultes dangereux la permission d'en faire autant. En remettant en question l'arrêt de la Cour sur le suicide assisté, vous permettez à d'autres de remettre en question votre liberté de religion. Cela m'inquiète. Je vous recommanderais par ailleurs au soutien d'une cause beaucoup plus prosaïque. La version française de votre lettre pastorale est bourrée de fautes grammaticales et de contresens, au point d'en être insultante pour vos ouailles francophones.

Mario Bouchard, Ottawa

L'enfer aux euthanasiés

Comme autant de ses prédécesseurs, Mgr Prendergast s'appuie sur la peur de l'enfer et prêche le contraire de ce que Jésus a enseigné, la tolérance, l'amour d'autrui et la charité.

Peur, menaces, abus, massacres restent, à quelques exceptions près, l'héritage de ce qu'on appelle la Sainte Mère Église: le pouvoir.

Dans une montée de «charité chrétienne», il menace d'interdire les derniers sacrements à toute personne acceptant d'être euthanasiée. Quel culot. On se souviendra des «illégitimes» à qui on interdisait le sacerdoce, à ceux qui se sont suicidés, les obsèques et le cimetière catholique. Est-ce que Mgr Pendergast rêve de retourner à cette époque où l'Église régnait par la peur, avec cette promesse de l'enfer si on ne se rangeait pas? 

Jacques Dufault, Orléans

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer