À vous la parole

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à 

Agrandir

Patrick Woodbury, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Droit

Vous voulez réagir à l'actualité? Écrivez à editorial@ledroit.com. Ne seront publiées que les lettres portant les nom, prénom, adresse et numéro de téléphone de l'auteur. Seuls le nom et le lieu de résidence apparaîtront.

Les suivis médicaux

Je trouve le Dr Gaétan Barrette très arrogant sur les délais des résultats des tests de dépistage quand il ne croit pas que la vie des gens soit en danger. Le vieux dicton ne dit-il pas «Mieux vaut prévenir que guérir»? Mon médecin m'a avisée que Québec avait récemment enlevé leur droit de demander des suivis mensuels/annuels avec leurs patients. Ce règlement doit entrer en vigueur en avril même si tous les médecins sont contre.

Qu'adviendra-t-il de notre système de santé au Québec si il n'y a plus de médecine préventive surtout avec une population vieillissante?

Ginette Tremblay, Gatineau

Le Québec aux Oscars

À part la mention de Brie Larson, gagnante de la meilleure actrice aux Golden Globes et Oscars, et de photos de Jacob Tremblay, son fils dans Room, juché sur un tabouret pour annoncer un Oscar, les médias québécois ont dormi à la présence canadienne pendant la grand-messe du film. Qui sait que le vrai nom de Larson est Brie Sidonie Desaulniers, née de père québécois? Qui sait que la coqueluche des enfants acteurs est de Vancouver? Qui sait qu'Emma Donoghue, auteure de Room et en nomination pour la meilleure adaptation d'un roman, est de London, Ontario? Qui sait que Room est une coproduction canado-irlandaise? Si Sophie Nélisse était grimpée sur un escabeau aux Oscars, elle aurait fait la une de tous les médias québécois. Jacob Tremblay de Vancouver, who cares?

Pascal Barrette, Ottawa

Pas juste

Pas moins de 83 000 aînés ont été privés du Supplément de revenu garanti pendant sept ans dans certains cas. Les prestataires lésés ne recevront pas un sou d'intérêt sur les sommes payées en retard. Dans certains cas, cela pourrait valoir entre 20 000 $ et 40 000 $. Pourquoi les contribuables doivent-ils payer les intérêts sur les sommes en retard dues au gouvernement quand il s'agit de leurs impôts sur le revenu? Y a-t-il pas ici deux poids, deux mesures?

M. Renaud, Gatineau

Une loi odieuse

L'aide médicale à mourir est une arnaque bien ficelée par Québec.

La culture de la mort semble avoir une emprise telle que la Cour suprême presse le fédéral d'adopter une loi qui sera selon toute vraisemblance encore plus morbide que celle du Québec. Selon le comité parlementaire, les mineurs et les personnes atteintes de troubles psychiatriques devraient avoir accès à l'aide médicale à mourir. Quelle aberration!

L'idée d'aider quelqu'un à mourir ou à se suicider fait implacablement son chemin comme étant un service à rendre à son prochain. Voilà un mensonge répugnant.

J'ai travaillé comme infirmier dans le domaine psychiatrique pendant 21 ans. Voilà des personnes qui sont particulièrement vulnérables et souvent très méfiantes, de par la nature de leurs maladies. Se sentiront-elles davantage en confiance et susceptibles d'être aidées, si l'épée de Damoclès leur pend au-dessus de la tête?

Renald Veilleux, Gatineau

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer